Cyclisme : Boucles de la Mayenne et Tour de France, ce qu'il ne faudra pas rater

En un mois, la Mayenne va accueillir deux courses cyclistes : les Boucles de la Mayenne et le Tour de France. Que faut-il voir, où se placer ? Petit guide à l’usage des vrais fans de vélo.

Attention, accrochez-vous au guidon, ça va rouler en Mayenne.

Deux courses cyclistes au programme dont la plus connue au monde.

Ce sont deux très beaux événements qui se profilent.

Gildas Menguy est journaliste sportif à France Bleu Mayenne. Il a effectué 9 Tours de France dont 5 pour Radio France.

"Cela fait 22 ans que le Tour ne s’était pas arrêté en Mayenne, dit-il, ensuite, les Boucles n’ont pas eu lieu l’an dernier pour les raisons que l’on connait et c’est la première année que cette course est à un aussi haut niveau dans le calendrier international donc effectivement entre fin mai et fin juin, la Mayenne va vivre au rythme du vélo."

Quant à Stéphane Hiland, responsable du patrimoine à la ville de Laval et grand expert en cyclisme, à titre personnel, même satisfaction, il estime que "le public local sera évidemment au rendez-vous. On a l’habitude de présenter la Mayenne comme une terre de vélo. Avec ses emblématiques frères Madiot et Jacky Durand entre autres. Et puis il faut voir le passage du Tour en Mayenne comme une véritable opportunité, d’un point de vue touristique notamment."

"Plus de 150 télévisions mondiales seront braquées sur notre département, poursuit-il, ça va être un plus, on en profitera très certainement tout au long de l’été."

Alors, si vous êtes un mordu et prévoyez de ne rien rater sur ces grands moments dédiés au vélo, voici quelques conseils, de nos deux spécialistes.

Les Boucles de la Mayenne

"Les Boucles" comme disent les initiés c’est la course qui chaque année prend de l’ampleur. Les formations pro ne s’y trompent pas et elles sont de plus en plus nombreuses à envoyer leurs meilleurs coureurs au départ de l'épreuve mayennaise.

Cette année, elle partira le 27 mai du Genest-Saint-Isle pour se terminer à Laval quatre jours plus tard.

Mais quels sont les endroits stratégiques pour aller voir la course ?

"Ça dépend si on habite le sud, le centre ou le nord puisque les quatre étapes vont sillonner quasiment tous les secteurs du département. Donc, première possibilité, vous allez au plus près de chez vous. Ou alors pour ceux qui aiment le vélo, forcément le passage des Coëvrons sera l’étape reine. Avec le Mont Rochard et le Montaigu que l’on connait bien, détaille Gildas Menguy. Mais aussi le Mont du Feu que les Boucles ont déjà emprunté et qui est d’une difficulté incroyable. C’est un petit sentier ou la plupart des coureurs, lorsqu’ils sont au milieu du peloton, mettent le pied à terre pour finir l’ascension. Mais le public ne pourra pas y être malheureusement en très grand nombre. Et puis il y a les arrivées qui sont toujours impressionnantes. Si vous voulez voir le champion de France Arnaud Démare disputer un sprint avec de fortes chances de l’emporter : il faut aller à l’une des quatre arrivées."

Pour Stéphane Hiland, qui possède pas moins de 300 maillots dans sa collection, la course qui avait débuté modestement en 1975 fait décidément de beaux cadeaux à ses fans.

"C’est sans doute le plus beau plateau qu’on n'ait  jamais eu depuis la naissance de l’épreuve. Gildas nous a parlé de Arnaud Démare pour la formation Groupama-FDJ. Mais il ne faut pas oublier l’un des grands espoirs du cyclisme français. Il a déjà brillé en particulier dans les classiques belges sur la Flèche Wallonne. Il s’agit de Benoit Cosnefroy qui a porté l’an passé le maillot de meilleur grimpeur pendant plus de dix jours sur le Tour de France. Donc, voilà un très beau plateau avec des équipes venant d’un peu partout en Europe. Et puis bien sûr cette arrivée, ce final à Laval. L’arrivée groupée sur le boulevard Montmorency pour la dernière étape qui sera pratiquement un remake 22 ans après de l’étape du Tour de France qui s’était terminée au même endroit", se réjouit-il d'avance.

Donc, une belle rencontre en perspective entre le public et les pros. Mais sans oublier évidemment la période de crise que nous traversons.

"Bien sûr, la Covid-19 nous a obligés à revoir notre copie, s’agissant notamment des nouvelles règles à adopter concernant l’accueil du public, précise Pierrick Guesné, président des Boucles de la Mayenne. L’idée à retenir, au-delà des consignes mises en place, est que nous devons limiter les regroupements de personnes et observer une distanciation sociale. Nous comptons sur la compréhension du public, même si nous comprenons parfaitement que ces règles ne sont pas dans l’ADN du cyclisme, sport populaire par excellence."

Boucles de la Mayenne : du 27 au 30 mai. 21 équipes. 4 étapes.

Le Tour de France

Et puis il y a donc ce jour de fête attendu : le Tour qui partira le 26 juin de Brest pour arriver à Paris le 18 juillet.

Avec ce passage en Mayenne qui, quoi qu’il arrive, devrait rester mémorable pour les spectateurs ligériens.    

Attention pour s’installer et trouver la meilleure place mieux vaut s’y prendre très tôt. Il sera excessivement difficile de circuler ce jour-là.

Par exemple la D900 sera fermée dès 5 h du matin. Il n’y aura que des accès piétons en centre-ville.

Là encore, pour mieux savourer ce contre la montre, il faut savoir où se positionner.

"Il y a le départ, qui est toujours un moment important, les coureurs s'élancent et puis il y a toutes les difficultés notamment sur la première partie du parcours vers Saint-Germain-le-Fouilloux, détaille Gildas Menguy, à la sortie de Saint-Jean-sur-Mayenne, les coureurs seront en danseuse, en tout cas, à une vitesse un peu plus réduite. Le conseil qu’on peut donner, c’est d’éviter de se mettre dans une descente car ça va tellement vite que pour les photos c’est pas terrible". Et puis, il y a tout le passage dans Laval. Le parcours est plus sinueux. Ça sera toujours intéressant de voir quelles trajectoires ils privilégient. Il y a notamment deux ou trois petites rues difficiles à monter. Là, il devrait y avoir beaucoup de public."

Ce sera donc, on le sait, une véritable fête populaire. Avec sa traditionnelle caravane publicitaire comme le rappelle Stéphane Hiland.

"Généralement, celle-ci passe avant le départ du premier coureur donc je pense que le public sera évidemment au rendez-vous. Et l’intérêt pour le grand public d’un contre la montre, c’est de pouvoir voir tous ces grands champions cyclistes dont on entend parler lors des retransmissions télé ou radio. Ce qui est génial, c’est que cette fois on peut les voir passer un par un. Alors pour les fans de cyclisme et pour les autres, c’est quand même une belle opportunité. D’habitude on les voit passer un bref instant de 30 secondes en peloton groupé, à vive allure."

Les voir mais malheureusement sûrement pas les approcher.

"Je pense qu’au regard du contexte sanitaire, ils seront enfermés dans leur bulle pour des raisons évidentes de sécurité. Pour les autographes et les selfies ça ne devrait pas être possible."

Reste quand même les prises de vue à réaliser pendant l’épreuve.

Et Stéphane Hiland confirme cette zone juste après le départ déjà évoquée par Gildas :

"Pour moi, le meilleur spot pour les fans et les photographes, c’est la sortie de Changé. Sur la route de Saint-Germain-Le Fouilloux, avec une bosse très longue et très pentue qui monte pendant près d’un kilomètre jusqu’au pont de l’autoroute avant une descente rapide vers la vallée de l’Ernée. Là, ça risque d’être assez spectaculaire".

Tour de France en Mayenne. Contre la montre individuel.

A lire  "Focus- Mémoire(s) du tour de France Laval" rédigé par Stéphane Hiland.

En vente à l’Office du tourisme de Laval et à l’expo vélo aux Bains Douches. 5 euros.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport tourisme économie médias