De leur propre initiative, plus de 200 personnels hospitaliers, élus et usagers du département mayennais sont montés à Paris ce samedi 4 décembre pour dénoncer leurs conditions de travail et les répercussions sur la qualité des soins. Un mouvement suivi par 80 organisations de toute la France.

Manque de lits, conditions de travail dégradées... l'hôpital n'est pas en forme. Celui de Mayenne, encore moins. Il est menacé de fermeture. Les personnels hospitaliers se sont donnés rendez-vous ce samedi 4 décembre 2021, devant le ministère de la Santé à Paris. Et si la Mayenne occupait la tête du cortège, c'est toute la profession qui a suivi. 

Plusieurs milliers de manifestants (1400 selon la police, 4000 selon les syndicats) ont dénoncé le manque de moyens de l'hôpital public et alerté sur le délitement des services et des hôpitaux de proximité. Ils répondaient à l'appel de 80 organisations syndicales de toute la France. Le cortège est parti de la place Vauban, devant l'hôtel des Invalides.

Il s'agissait d'une manifestation parisienne née d'une initiative mayennaise. Ce matin, 4 bus sont partis de la ville de Mayenne, 3 de Laval et 1 de Saint-Calais (Sarthe), direction Paris.

Une mobilisation qui ne doit rien au hasard : les hôpitaux de Mayenne et de Laval sont confrontés depuis plusieurs semaines à des fermetures régulières de leurs services d'urgence. Les défenseur de l'hôpital de Mayenne ont impulsé cette manifestation. Ils sont mobilisés depuis plusieurs semaines déjà. Ils veulent plus de garanties et de moyens. 

Christine, aide-soignante, était prête à en découdre : "on veut garder nos services ouverts, du travail et surtout des lits pour les patients, près de chez eux". Venir jusque Paris pour manifester lui semblait nécessaire : "on ne nous entend pas assez en Mayenne, on est une petite ville"

Une délégation composée d'élus mayennais, de représentants syndicaux et d'associations d'usagers a été reçue à 14h au ministère de la Santé pour interpeller sur leur situation dans les plus hautes sphères de l'Etat. Ils regrettent toutefois l'absence du ministre Olivier Véran. C'est Sebastien Delescluse, conseiller du cabinet, qui s'est chargé de les accueillir.

A la sortie de la réunion, Guillaume Garot, député de la 1ère circonscription de Mayenne semblait plutôt satisfait : "Ça été une rencontre utile mais la mobilisation doit être continue. Nous avons pu présenter une nouvelle fois la situation de l'hôpital de Mayenne. Ce que nous avons fait aujourd'hui est indispensable. Il n'y a que comme ça qu'on y arrivera". 

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité