Lactalis : la subvention de 840 000 euros accordée par le Conseil régional fait débat

Le géant mondial du lait Lactalis, qui a réalisé l'an dernier un bénéfice net de plus de 300 millions d'euros, a-t-il besoin d'une aide fiancière pour moderniser son usine de Mayenne ? Oui, selon la majorité de droite au Conseil régional, qui lui a accordé une subvention de plus de 800 000 euros.

Le siège de Lactalis à Laval, janvier 2018
Le siège de Lactalis à Laval, janvier 2018 © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
C'est une subvention qui fait débat : 840 000 euros accordés au géant laitier par la région sur un projet de plus de 8 millions d'euros. 

Lactalis boit du petit lait. Tout le contraire des écologistes remontés contre la décision.

"Il y a une forme de colère et il y a une forme aussi de "Où est-ce qu'on met la priorité, où est-ce qu'on met le curseur, estime Lucie Etonno, vice-présidente du groupe écologiste et citoyen au Conseil Régional, en tant que décideur public, on est en responsabillité".

C'est avoir du courage politique aussi de dire stop, on arrête ce système et on construit un autre système plus vertueux

Lucie Etonno, vice-présidente du groupe écologiste et citoyen au Conseil Régional

Avec ce projet, le géant laitier va créer un nouvel atelier de production de caséine avec deux emplois à la clé. Insuffisant selon les élus de la gauche.

"On aide une entreprise parce qu'elle crée beaucoup d'emplois ou parce qu'elle mène un projet exemplaire, d'innovation ou pour la transition écologique, explique Christophe Clergeau, président du groupe socialiste, écologiste, radical, républicain des Pays de la Loire, là c'est 840 000 euros pour deux emplois, 420 000 euros par emploi, et ce projet, utile, c'est un investissement normal, il n'a rien d'exemplaire d'un point de vue environnemental ou écologique".
 

Sous le feu des critiques, la majorité ne se défile pas et assume ce choix

"Moi, je vous dis que ce projet est innovant, dans une ligne nutrition-santé et services environnementaux, estime Lydie Bernard, vice-présidente du Conseil Régional et présidente de la commission alimentation, par contre, sur l'emploi, on n'est pas effectivement sur une création de 200 emplois, ça je le confirme, mais, dans le contexte d'aujourd'hui, si déjà on peut garder tous nos emplois, notre région réussira".

Trois ans ans après l'affaire du lait infantile contaminé, Lactalis reste plus que jamais dans la tourmente.

L'entreprise a récemment été visée par des accusations de fraude fiscale et de non-respect du code environnemental.

> Le reportage de notre rédaction
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lactalis économie entreprises