Nantes : nouvelle manifestation des personnels de santé ce mardi devant le CHU

Les personnels de santé sont déçus par les mesures annoncées. Que ce soit la prime de 1500 € ou le plan Ségur, ils estiment que le compte n'y est pas et ont décidé de manifester à nouveau. Un rassemblement a été organisé devant le CHU de Nantes ce mardi 30 juin.

Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant le CHU de Nantes avant de partir en cortège.
Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant le CHU de Nantes avant de partir en cortège. © France Télévisions Christophe Amouriaux
Le "Ségur" de la santé, du nom d'une avenue de Paris où se trouve le Ministère de la santé, ne comble pas les personnels concernés. Ce plan d'investissement et de revalorisation des carrières leur paraît insuffisant.

C'est pourquoi, ce mardi 30 juin, de nouveaux rassemblements étaient prévus dans plusieurs villes de France dont Nantes.
 

Le secteur médico-social oublié

A 14h, les personnels de santé se sont regroupés devant le CHU de Nantes. Environ un millier de personnes, de tous les métiers, appartenant au secteur tant publique que privé mais aussi des salariés du médico-social. Car, si les personnels de santé demandent une prime et une revalorisation des salaires, les salariés du médico-social ont semble-t-il été écartés de ces mesures. Alors qu'un décret en date du 13 juin prévoit une prime de 1000 à 1500 €, ces fonctionnaires territoriaux qui dépendent des Départements disent avoir été oubliés.

"Un éducateur spécialisé c’est 1.400 euros par mois comme un infirmier, témoigne Robin Michon, éducateur spécialisé dans un établissement public de la protection de l’enfance. On demande une revalorisation de 300 euros net par mois. Du jour au lendemain, il a fallu être professeur auprès des enfants, être dans le soin en faisant avec les centres médico-psychologiques, être en lien avec les familles régulièrement. On aimerait avoir une reconnaissance au niveau du gouvernement mais aussi des territoires comme les conseils départementaux dont dépendent nos établissements du secteur médico-social."

Après ce rassemblement, un cortère s'est formé qui est parti en direction du château de Nantes.

"15 milliards d'euros pour l'automobile, 15 milliards d'euros pour l'aéronautique et seulement 7 milliards pour la santé !"  Emmanuel Renaud, secrétaire de la CFDT santé à Nantes, estime que ce gouvernement ne fait pas suffisamment pour le secteur hospitalier. Son syndicat était présent avec les autres devant le CHU pour réclamer une nouvelle fois plus de moyens.

Quant à la prime de 1500 € promise aux personnels ayant été mobilisés pendant la crise du Covid, son versement suscite aussi des critiques.

"Ceux qui étaient affectés sur des unités Covid ont 1500 €, explique Emmanuel Renaud, les autres ont 500 €. Les affectations sont notées sur les bulletins de salaire mais il y a des erreurs, il y a tellement de mouvements au sein d'un hôpital ! On a plein de gens qui nous appellent parce qu'ils auraient dû avoir la prime."

Le syndicat réclame une prime de 1500 € pour chacun.


 

Angers manifestation jeudi 

Des manifestations étaient aussi prévues à la mi journée devant l'hôpital de Laval et celui de La Roche-sur-Yon. Au Mans, le rendez-vous était à 17h30 devant la préfecture. A Angers, une intersyndicale appelle à manifester ce jeudi à 11h devant la préfecture.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société manifestation économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter