Alerte aux faux billets en Sarthe et Mayenne

Dans notre région circulent des faux billets destinés aux tournages de cinéma. Les gendarmes de la Sarthe ont émis un message de prévention à l'attention des commerçants.

La scène se passe il y a quelques jours dans une pharmacie de Château-Gontier, en Mayenne. La pharmacienne regarde avec attention un billet de 10 euros tendu par un client habituel. Qui en souriant lui dit "Ben c’est un vrai billet, non ?"

Réponse de la professionnelle face à la personne stupéfaite "Non c’est bien un faux billet".

Car attention les faux billets peuvent vous surprendre. Que vous soyez commerçants ou particuliers.

Il y a les parfaites contrefaçons, difficiles à détecter, celles qui nécessitent souvent une machine spécialisée pour les confondre.

Et puis il y en a de plus banals, comme dans ce cas. Voire de grossières copies. Mais qui dans les gestes quotidiens de rendus de monnaie ne se voient pas forcément.

C’est le cas en ce moment, et particulièrement dans la Sarthe. Des billets faciles à reconnaitre quand on y jette juste un coup d’œil.

Movie money ou copy money

Car sur l’un des côtés il y a marqué "This is not legal, it is to be use for motion props" et au recto "movie money".

Traduction :"Ce n’est pas un vrai billet, c’est un accessoire de cinéma".

Et inutile de penser que cela ne se retrouvera que sur les grossex coupures. Ce sont surtout les 10 et les 20 euros qui sont concernés. Des billets que l’on ne va pas forcément examiner sous toutes les coutures.

La gendarmerie sarthoise communique :

"Au cours des dernières semaines, des commerçants et particuliers ont été abusés par de la fausse monnaie. Fabriqués pour le jeu et le cinéma et appelés movie money ou copy money, ces billets présentent une grande similitude avec la vraie monnaie. Certaines personnes profitent donc de cette ressemblance pour régler leurs achats ".

Et les gendarmes conseillent alors aux commerçants de prévenir les forces de l’ordre, de ne pas manipuler les billets et de déposer plainte.

Quant aux particuliers qui se seraient eux même fait remettre un faux billet, il ne leur reste plus qu’à le garder en souvenir, ou le détruire, mais évidemment pas à s’en resservir comme moyen de paiement.