Cet article date de plus de 4 ans

Défi sportif pour la recherche : 700km en 7 jours, père et fils rejoignent Biarritz depuis la Sarthe

L'idée part d'un challenge entre père et fils. Elle se transforme en oeuvre charitative. Martin et Damien Migniau sont partis ce samedi 15 juillet de Saint-Léonard-des-Bois dans la Sarthe pour Biarritz. 700km pour faire avancer la recherche sur la leucodystrophie. 
Martin Migniau, 15 ans, et son père Damien Migniau ont quitté Saint-Léonard-des-Bois dans la Sarthe pour Biarritz ce samedi 15 juillet. A bord de leur vélo, fils et père vont rouler 700 kilomètres avant de rejoindre leur destination finale : Biarritz. 


Un projet que nous nous étions promis d'accomplir l'année de mes 15 ans pour conclure ma scolarité au collège 


annonce fièrement Martin. "J'ai eu envie d'associer ce défi personnel à une collecte d'argent pour une association qui lutte contre le handicap".

Le jeune cycliste a pris conscience du handicap lorsque sa professeure de sport lui a proposé une compétition mixte : une équipe = un valide + un handicapé. 

Depuis, l'idée a germé et l'opération se prépare depuis février 2016. Les entraînements sont devenus intensifs à partir d'avril 2017 où père et fils se sont organisés un entraînement sur l'île de Ré, puis un test d'endurance en juin entre Alençon et le Mont Saint-Michel.

2€ le kilomètre 


Pour gagner de l'argent, Martin a pensé au sponsoring. En plus de porter des logos, le duo de choc vend... des kilomètres. Deux euros pour les bornes parcourues, cela pourrait rapporter au final 1 400 euros à l'association Ela. 

La leucodystrophie est une maladie génétique qui peut prendre la forme d'une sclérose cérébrale. Ela soutient la recherche française et internationale dans la lutte contre cette pathologie. 3 naissances par semaine sont concernées par cette maladie. "Ce symptôme m'a beaucoup touché" confie Martin, avant de continuer, "en plus je suis fan de leur parrain Zinédine Zidane".

Les Migniau devraient atteindre La Flèche, dans le sud de la Sarthe, ce samedi soir, après avoir parcouru 100 kilomètres. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports handicap société