Arjowiggins : une marche à Bessé-sur-Braye (Sarthe) pour trouver un repreneur

Ce mercredi matin, les salariés d'Arjowiggins de Bessé-sur-Braye ont marché à côté d'élus locaux, et d'habitants de la commune avec l'espoir de trouver un repreneur pour le site placé en redressement judiciaire depuis le 8 janvier. / © Jérémy Dupaillon
Ce mercredi matin, les salariés d'Arjowiggins de Bessé-sur-Braye ont marché à côté d'élus locaux, et d'habitants de la commune avec l'espoir de trouver un repreneur pour le site placé en redressement judiciaire depuis le 8 janvier. / © Jérémy Dupaillon

Une marche était organisée ce mercredi matin à Bessé-sur Braye (Sarthe) par les salariés d’Ajowiggins. Ils espèrent trouver un repreneur pour le site placé en redressement judiciaire. 

Par Cecile Claveaux

Pendant 1h30, employés de l’entreprise, élus locaux et simples citoyens ont marché dans la commune pour exprimer leur espoir de trouver rapidement un repreneur.

Depuis le 8 janvier, le tribunal de commerce de Nanterre, a placé en redressement judiciaire, le papetier Arjowiggins. Entre 700 et 800 emplois sont menacés en Sarthe car deux usines, appartenant à cette société, sont installées, dans le département : l'une à Bessé-sur-Braye, l’autre à Saint-Mars-la Brière.

Un nouvel examen du dossier est programmé pour le 27 février prochain par le tribunal de commerce de Nanterre.

 

Une reprise temporaire du travail, du chômage partiel



L’activité sur ces deux sites avait été arrêtée, immédiatement après la décision du tribunal de commerce de Nanterre mais la semaine dernière quelques machines ont été relancées à Saint-Mars-la-Brière et ce mardi à Bessé-sur-Braye pour honorer les commandes des clients les plus importants.

Pour autant, toute la production ne pourra pas reprendre pour le moment. Sur le site de Bessé-sur-Braye, spécialisé dans la production de papiers recyclés, de carton graphique et de carte à jouer,  les administrateurs judiciaires et la direction ont demandé 100 000 heures de chômage partiel jusqu’à fin février.

Environ 550 salariés, soit la plupart des personnes travaillant sur ce site, pourraient être concernés, avec une baisse de leur salaire net autour de 15%.

 

Des visites prévues mais pas de repreneurs sérieux



Pour le moment, aucun repreneur ne s’est officiellement manifesté mais des visites d’intérêts doivent avoir lieu cette semaine sur les deux sites sarthois. Une à Bessé-sur-Braye ce jeudi et trois à l’entreprise de Saint-Mars-la-Brière spécialisée elle, dans la production de papier pour les serviettes, les nappes et d’autres usages médicaux.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus