Il avait envoyé plus de 180 mails de menaces terroristes, un ado déscolarisé jugé pour menaces de mort

Le garçon était convoqué ce jeudi devant le tribunal correctionnel pour enfants, au Mans, pour avoir envoyé des menaces à des centres d'information et d'orientation de toute la France, annonçant "une journée de terreur".

Qu'est-ce qui a pu motiver cet adolescent qui, le 12 avril 2024, a envoyé plus de 180 mails à des Centres d'Information et d'Orientation de toute la France leur annonçant une action terroriste ?

"Une journée de terreur", c'est ce que leur promettait le garçon, précisant que des grenades, des fusils d'assaut et des explosifs seraient utilisés lors de cette action menée au nom de l'Etat Islamique.

Évacuation des CIO menacés

L'enquête, menée conjointement par les polices judiciaires de Lille et Angers, avait permis rapidement de remonter la piste numérique jusqu'à ce lycéen français déscolarisé depuis son année de seconde, au Mans. Interpellé une dizaine de jours après l'envoi des mails de menaces qui avaient provoqué l'évacuation des CIO ciblés, le mineur se révèle être sans lien avec la sphère islamiste et, jusqu'alors, inconnu des services de la Justice.

Lire aussi : Menaces terroristes sur 180 centres d'information et d'orientation : un mineur placé en garde à vue

Ce jeudi se tenait l'audience devant le tribunal pour enfants du Mans, mais aucune peine n'a été prononcée, le juge estimant que le dossier n'était pas complet. Il manquait, selon le magistrat, des éléments sur la personnalité du mineur.

Le procès a donc été renvoyé au 19 septembre 2024.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité