Sarthe : la grogne des artisans boulangers contre les franchises

Légalement, la préparation du pain sur place suffit pour se revendiquer "boulangerie". Viennoiseries et pâtisseries peuvent êtres industrielles. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
Légalement, la préparation du pain sur place suffit pour se revendiquer "boulangerie". Viennoiseries et pâtisseries peuvent êtres industrielles. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

A Yvré-l'Evêque, La Fédération de boulangerie-pâtisserie de la Sarthe dénonce une concurrence déloyale menée par les franchises.

Par Manon Hamon

Le magasin franchisé Feuillette a ouvert ses portes le 18 février, à 50 mètres de la boulangerie de Thierry Ozan. Ce dernier reproche une ouverture de la franchise sept jours sur sept, ce qui contrevient selon lui à la loi de 1919 sur le temps de travail, obligeant toute boulangerie à fermer au minimum une journée par semaine.

Guillaume Livet, vice-président de la Fédération de la boulangerie-pâtisserie de la Sarthe, rappelle également un flou définitionnel concernant l'appellation "boulangerie". Celle-ci n'oblige qu'à la fabrication du pain sur place. Les pâtisseries et viennoiseries, elles, peuvent être issues d'une production industrielle, plus rentable. "Souvent on se cache derrière le nom 'boulangerie' qui fait artisanal, et derrière on cache la vérité au client", explique Guillaume Livet. 

Actuellement la franchise Feuillette compte dix-huit points de vente en France. La Fédération des boulangers-pâtissiers de la Sarthe a saisi un avocat pour veiller au respect des lois encadrant la profession. D'autres actions pourraient voir le jour.

Reportage de Yann Ledos et Willy Colin, avec comme interlocuteurs :
  • Thierry Ozan, Boulanger à Yvré-l'Evêque
  • Guillaume Livet, vice-président de la Fédération de la boulangerie-pâtisserie de la Sarthe

 

Sur le même sujet

ITW Henri Jauver COCETA

Les + Lus