Témoignages. Arnaque sentimentale sur internet : la longue descente aux enfers de Véronique et Anna

durée de la vidéo : 00h02mn53s
Anna et Véronique ont tout perdu en tombant amoureuse d'hommes sur Facebook ou Instagram. Le principe est simple : ces hommes se font passer pour des personnes qui vivent en France. Ils les harcèlent d'amour et de messages et, petit à petit, leur demandent de l'argent. ©France Télévisions
Publié le Mis à jour le Écrit par Fabienne Béranger

Anna et Véronique ont tout perdu en tombant amoureuse d'hommes sur Facebook ou Instagram. Le principe est simple : ces hommes se font passer pour des personnes qui vivent en France. Ils les harcèlent d'amour et de messages et, petit à petit, leur demandent de l'argent.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Tout commence en août 2019 sur les réseaux sociaux, Anna Guard est contactée par un homme : Adrian Fernandez, un légionnaire de 34 ans.

"On parlait du matin presqu'au soir, on se disait des banalités au début, puis l'intimité s'est installée quoi, explique Anna, des 'je t'aime', des 'je vais vivre avec toi', des 'je vais venir te voir'... On y croit quoi"

"Je regrette d'être tombée dans le panneau"

Très vite, entre des mots tendres, les premières demandes financières arrivent. L'homme dit à Anna que son compte est bloqué et qu'il a besoin d'argent pour venir la voir.

"C'était des 100 euros, des 150, des 200, des 250, des 500... poursuit-elle, les 250 euros même quand on ne les a pas, on les donne. J'ai fait un dossier de surendettement, je ne payais pas mes loyers".

Des fois je ne mangeais pas pour lui envoyer le peu d'argent que j'avais, à cette époque-là je touchais le RSA

Anna Guard

Victime d'une arnaque sentimentale sur internet

En tout, elle lui aura donné 5 200 euros.


"Je regrette d'être tombée dans le panneau, dit Anna en pleurant, excusez-moi... Ça fait 4 ans, mais on n'oubliera jamais, quoi"

"Je voyais, je le sentais, l'entendais, mais je ne voulais pas me l'avouer"

À l'époque, Anna était mariée. Divorcée aujourd'hui elle se reconstruit. Elle a obtenu un logement social et un emploi. Elle a même créé une association pour les victimes d'arnaques sentimentales.

C'est comme cela qu'elle a découvert Véronique Paumard. Elle aussi est tombée amoureuse d'un arnaqueur.

"J'ai donné 8 450 euros en tout, raconte Véronique, moi cet argent là j'ai peut-être mis plus de 10 ans à le mettre de coté".

Oui, ça fait mal, parce que je lui ai donné 10 ans d'économies

Véronique Paumard

Victime d'une arnaque sentimentale sur internet

Même procédé : il dit s'appeler Philipe, 59 ans, vendeur d'art à Strasbourg. Après quelques mois de relation virtuelle et des transferts d'argent, Véronique commence a avoir des doutes.

"Pour me rassurer, il m'a appelé, poursuit Véronique, étonnamment je voyais bien que c'était une voix d'Africain... Je voyais, je le sentais, l'entendais, mais je ne voulais pas me l'avouer."

Pour moi, ne plus lui parler c'était mon monde qui allait s'écrouler

Véronique Paumard

Victime d'une arnaque sentimentale sur internet

Il lui aura fallu 6 mois pour couper les ponts avec cet homme, qui est, en réalité, un jeune de 24 ans résidant à Abidjan.

Véronique a porté plainte et s'est lancée dans l'écriture de son histoire. Une manière d'avertir et de prévenir...

"On a beau être forte, ça peut arriver à tout le monde, témoigne Véronique, ça je le redis, il suffit qu'on soit fragile, ils pénètrent dans cette faille, c'est la descente aux enfers."  

Ces deux femmes sont tombées amoureuses de mots, de photos, d'une histoire fantasmée et rêvée. 
Elles ne sont pas seules. Depuis 2019, les plaintes pour les arnaques sentimentales ont explosé.

Avec Maïna Sicard-Cras

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité