Sarthe : Arjowiggins, vers une vente aux enchères du site d'ici fin mai ?

Liquidée en mars 2019, l'usine du papetier Arjowiggins à Bessé-sur-Braye pourrait être mise en vente aux enchères fin mai. C'est ce que laisse entendre un collectif de citoyens, un collectif porteur de son côté d'un projet de reprise. 

L'usine de papiers Arjowigins a été liquidé en mars 2019.
L'usine de papiers Arjowigins a été liquidé en mars 2019. © c Franck Dubray - MaxPPP
L'information est tombée mercredi 13 mai, via un mail envoyé aux journalistes et aux institutionnels : "une vente aux enchères du matériel et du terrain d'Arjowiggins devrait avoir lieu le 28 mai". 

Un collectif appelé "action-citoyenne" est à l'origine de ce communiqué. Il s'est créé au lendemain de la liquidation de l'usine, en mars 2019. 

Deux Ecossais étaient sur le site. Ce sont des financiers...

"Nous avons été informés d'une visite importante le mardi 12 mai sur le site de Bessé-sur-Braye, indique Nadia Mattia, la porte-parole du collectif.
Nous sommes très étonnés de la démarche. Et sur le site, deux personnes d'origine écossaise étaient là, en reconnaissance.  Ils seraient prêts à acheter le site et les machines aux enchères pour un vague projet de ré-industrialisation". 

Notre projet est prêt


Si la vente aux enchères avait lieu fin mai, elle mettrait un terme aux espoirs de ce collectif de voit aboutir son projet d'une reprise de l'activité autour du papier recyclé.

"Nous avons le soutien des organisations syndicales, de nombreux élus. Le projet est prêt. Si on décroche le marché, l'usine peut fonctionner sans problème. Il nous manque seulement à ce jour le soutien financier de la Région dont nous attendons toujours la réponse...". 

On va se battre jusqu'à la fin pour que l'usine redémarre

Pour y voir plus clair, l'association a demandé à son avocat de se pencher sur le dossier... ''On voudrait savoir ce que cache cette visite et reporter la vente aux enchères, histoire de gagner du temps (...)
On va se battre jusqu'à la fin pour que l'usine redémarre...".
 

Le communiqué de presse du collectif



De son côté,  l'ancienne intersyndicale d'Arjowiggins incarnée par Christophe Garcia et Laurent Trudel, deux anciens salariés du site, ont longtemps planché sur un autre projet de reprise.
Les deux camps se sont souvent affrontés, projet contre projet.

On se dirige peut-être vers une friche

Christophe Garcia, ancien représentant CFE-CGC à Bessé-sur-Braye, n'a pas eu la confirmation de la vente aux enchères du site, fin mai :

"J'ai réussi à joindre le mandataire-liquidateur. Il m'a dit qu'il ne savait pas si cette vente aura lieu. 
Selon moi, le mandataire est essoufflé en terme de trésorerie (...) On se dirige peut-être vers une friche... Sans aucun repreneur...".

Evoqué durant l'hiver, son projet industriel est aujourd'hui au point-mort. Il tournait autour d'un papier écologique, remplaçant le plastique dans la fabrication de vaisselle jetable.  Mais le projet est ajourné en raison du Coronavirus, faute d'avoir réussi à convaincre pour le moment des partenaires financiers asiatiques.

PS: joint par téléphone, le maire de Bessé-sur-Braye n'a pas répondu à nos solicitations. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter