Sarthe : la forêt n'est pas une poubelle pour déchets verts

© Christophe François
© Christophe François

En ces premiers jours de travaux de jardinage, le nombre de dépôts de déchets verts augmente sensiblement en forêt. Jeter ses déchets verts dans un milieu naturel est pourtant strictement interdit et passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros. 

Par Céline Dupeyrat

Le geste peut coûter cher et surtout il pollue.  Contrairement à certaines idées reçues, jeter des déchets verts en forêt dégrade les sols et contribue à la prolifération des plantes invasives, véritables fléaux pour l'environnement.

C'est L'Office National des forêts de la Sarthe qui en fait l'amer constat : "au printemps et en été, des petits tas de déchets verts mais aussi, parfois des volumes plus conséquents sont régulièrement déposés, le long des routes ou dans les zones plus reculées de la forêt. Bardés de bonnes intentions, ou par fainéantise, les particuliers pensent qu’en les jetant dans un milieu naturel, leur décomposition permettra d’enrichir le sol. Et pour les gros volumes, ce sont principalement les professionnels qui souhaitent ainsi s’exonérer des frais de déchèterie".

Ces déchets organiques sont formés de résidus issus de l’entretien des espaces verts, des zones récréatives, des jardins privés, des serres. On y retrouve généralement l'herbe issue de la tonte de pelouse, les feuilles mortes, les résidus d'élagage, de taille de haies et d'arbustes, de débroussaillages.

Asphixie des sols et plantes invasives


Les feuilles de jardins proviennent souvent d’essences ornementales que les micro-organismes présents en forêt mettent beaucoup de temps à transformer en humus. De plus, les grandes épaisseurs d’aiguilles, d’herbes issues de tonte, de feuilles (forestières ou non), dues à l’addition des petits dépôts asphyxient localement le sol.

"Dans certains cas, même si la transformation  fonctionne bien, l’enrichissement du sol produit par les dépôts entraîne des modifications de la flore et de la faune. Celle-ci peut attirer une faune opportuniste tels les sangliers  mais aussi favoriser le développement de plantes invasives comme la renouée du Japon qui profitent du dérèglement de l’écosystème forestier", précise l'ONF.
 

Que faire des ses déchets verts?


Il est possible de déposer les déchets verts en déchèterie, à moins qu'une collecte sélective organisée par la commune dans laquelle vous résidez soit mise en place, ou de les utiliser en paillage ou encore en compost individuel. Il est interdit de brûler à l'air libre ses déchets verts, comme l'ensemble de ses déchets ménagers.

 

3 types de valorisation des déchets verts

  • Valorisation organique

Cela comprend la valorisation par compostage, qui est un procédé de transformation de matière. Le résultat du compostage, qui est le compost, permet d’amender les sols en améliorant leur structure et leur fertilité.
 

  •  Valorisation énergie par production de biogaz

Cela est rendu possible par la méthanisation, procédé de décomposition de la matière organique qui est régi par les micro-organismes en l’absence d’oxygène. Ces dernières sont ensuite expédiées dans une unité de production de biogaz. Après décomposition, les déchets organiques servent à produire du fertilisant agricole et du biogaz servant à produire de l’électricité ou de la chaleur.
 

  •  Valorisation énergie par le bois

Ce type de valorisation qui est  la première source d’énergie renouvelable consommée en France, en Europe et dans le monde, va servir entre autres à produire de la chaleur (principale voie de valorisation bois énergie) et produire de l’électricité et des biocarburants.

Source : Ecodrop

Sur le même sujet

Les + Lus