Témoignage. Du bac pro à la fac de médecine, Donovan brise les préjugés avec son parcours atypique

durée de la vidéo : 00h03mn42s
Donovan, étudiant en 3ᵉ année de médecine ©Mstream
Publié le Écrit par Megan ButeauMurielle Dreux et Rose Bisquay

En terminale, lors de son bac professionnel, Donovan Hébert a eu un déclic : faire le métier de ses rêves, médecin-urgentiste. Au lycée, ses professeurs ne le soutenaient pas, à présent, il est en 3ᵉ année de médecine. Aujourd'hui, il témoigne afin de casser les préjugés sur l'orientation scolaire.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"J’ai revu mes anciens professeurs, ils m'ont appelé, une en particulier. Elle m'a dit que pourtant, j'avais toujours été un très bon élève, qu'elle avait toujours cru en moi, alors que pendant toutes mes années de bac pro, elle me disait que déjà si j'ai la moyenne. Ce serait bien."

Donovan Hébert, aujourd’hui étudiant en 3ᵉ année de médecine, est l’exemple parfait qu’il faut toujours croire en soi et en ses rêves.

Donovan a grandi dans les Côtes-d'Armor, à Saint-Brieuc. Alors qu’il a tout juste deux ans, sa famille est impliquée dans un grave accident de voiture qui a bouleversé leurs vies. Son grand-père est devenu tétraplégique et sa mère a dû être placée en réanimation. 

Tous les jours, il y avait des infirmières, des médecins qui venaient au domicile et c'est ce qui m'a donné envie de faire médecin.

Donovan Hébert

étudiant en 3ᵉ année de médecine

Donovan apprend très tôt à faire des gestes techniques infirmiers, " comme administrer de l'insuline, prendre une tension, des trucs banals, mais pour un petit de 12 ans, c'était déjà quelque chose de grand."

Au collège, Donovan se considère plutôt comme le clown de la classe " Mon parcours n’a pas été vraiment studieux. J’avais à peine 10 de moyenne." Les études de médecine semblent alors hors de portée pour lui. " On m’a orienté vers un bac pro accompagnement soins et services à la personne (ASSP). J'ai toujours insisté sur le fait que je voulais être médecin, mais mes professeurs m'ont dit que ce n'était pas possible."

Au lycée professionnel, les notes de Donovan s'améliorent. C’est en terminale, qu’il décide de se reprendre en main. " Il y a eu Parcoursup et là, je me suis dit, c’est maintenant ou jamais." Alors que ses professeurs lui donnent un avis défavorable aux deux premiers conseils de classes, " Au troisième conseil de classe, j’ai eu un avis favorable pour les études de santé. Ils n'ont pas dit médecine, mais les études de santé."

Ainsi, comme chaque élève de terminale, Donovan choisit ses vœux sur Parcoursup. Il est accepté en première année de médecine à La Réunion, il s’envole à 10 000 km de sa famille. " Le taux de réussite y était plus élevé qu'à Brest ou à Rennes, c'est pour ça que j'ai choisi cette destination". À la fin de l’année, il finit 11ᵉ sur 1500 " Quand j'ai ouvert les résultats, je n'y croyais pas."

Pour témoigner de son parcours et inspirer d'autres étudiants, il est retourné dans son ancien lycée pour partager son expérience. Certains de ses anciens professeurs se sont même excusés pour avoir douté de ses capacités. Aujourd’hui, Donovan poursuit ses études pour devenir médecin-urgentiste.

Article initialement publié le 14/06/2023

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables  sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :