Insolite : en Vendée des pancartes conseillent aux anti-ruraux, et aux allergiques de la campagne de passer leur chemin.

Publié le

A Saint-Flaive-des-loups, en Vendée, depuis un mois, des pancartes accueillent les automobilistes aux quatre entrées du village. Les allergiques au son de cloche ou au chant du coq sont invités à aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte...

"Attention! vous entrez dans une commune rurale. Avec des enfants, des vaches, des coqs, des cloches...et des loups. En cas d'allergie, bonne route ! ".

Sur la départementale aux abord de la commune on ne voit que lui. Un panneau qui annonce la couleur. Bienvenue en Vendée... Ici le bonheur est dans les prés.

Des hectares de campagne, des paysage bocagers. Saint-Flaive-des-Loups est une commune agricole de 3600 hectares. Dans ce coin de Vendée situé entre la Roche-sur-Yon et les Sables-d'Olonne, il fait bon vivre. Et ceux qui décident de se poser là viennent en général chercher le calme, la tranquillité et des loyers moins chers que sur la côte. 

Le problème, c'est que certains néoruraux ont parfois bien du mal à s'accoutumer aux bruits et aux odeurs des champs.

2600 habitants vivent ici. Aux quatre entrées du village, des panneaux annoncent donc la couleur. Ici le coq chante au lever du jour, les cloche sonnent toutes les heures et les enfants crient au sortir de l'école. Alors, les mauvais coucheurs et autres allergiques sont donc priés de passer leur chemin et d'aller voir ailleurs...

Une habitante revient de la supérette, elle tourne la tête et regarde le panneau. Elle l'a remarqué tout de suite et elle est fan :

"ça fait un petit moment qu'il est installé, je l'ai même pris en photo pour le montrer à mon mari. Je trouve ça super moi. Y 'en a ras le bol de ceux de la ville qui viennent et qui disent, je veux pas entendre les cloches, je ne peux aps entendre ceci...Moi je trouve ça extra ! Au moins avec ce panneau les gens ils comprendront.", raconte la retraitée.

Ça a toujours sonné des cloches, moi j'aime bien entendre l'Angelus. Et le chant du coq aussi. Moi j'habite en pleine campagne. C'est très bien, le chant du coq, les vaches, les moutons, les chiens, tous les animaux!

Une habitante de Sainte-Flaive-des-Loups

"C'est très bien", confirme un automobiliste à l'arrêt au volant de sa voiture. "Ceux qui arrivent en campagne sont prévenus! Ils viennent de la ville et ne supportent pas les bruits de la campagne, et pourtant il est là le charme! "


Chaque année, une trentaine de nouveaux habitants débarquent, pas toujours très en phase avec ce coin de territoire. Alors pour couper court aux querelles de voisinage, le maire a préféré gentiment remettre les pendules à l'heure. "On a des agriculteurs, on a des entreprises, une église, on a 250 enfants dans nos différentes écoles et très souvent on s'aperçoit que de nouveaux venus, jeunes comme vieux viennent nous voir en râlant parce qu'il y a du bruit".

Tout y passe : "ils ne supportent pas le bruit des tracteurs, le fumier sur les routes, l'odeur du lisier, les cloches qui sonnent le matin ou le soir et le bruit des enfants qui jouent dans la rues". Et ça monsieur le maire ne peut et ne veut pas l'entendre. "Notre ruralité c'est notre patrimoine. Nous tenons à garder notre spécificité."

Et celui que certains rêveraient de voir bouilli au fond du chaudron, c'est le chef de basse-cour, celui qui, chaque matin s'en donne à tue tête, pour signaler à la petite communauté que le jour est levé. "Ah ça oui le chant du coq...j'en ai eu des plaintes", soupire Patrice Pageaud, maire de Sainte-Flaive-des-Loups.

Ce que je demande à chaque fois c'est : est ce que vous lui avez dit à votre voisin. Ben non on me répond. Je veux surtout pas me fâcher avec lui. Alors je renchéris que c'est pas à moi de me faire engueuler parce que le coq chante, ça c'est clair!

Patrice Pageaud, maire de Sainte-Flaive-des-Loups

Dans le bourg, les pancartes font beaucoup parler et elles sont bienvenues. "Ceux qui ne veulent pas de bruit n'ont qu'à aller ailleurs", tranche un habitant prêt à enfourcher son vélo, baguette de pain encore toute chaude sous le bras.

 

La dernière fois il y avait un problème de feu de cheminée. Une personne était gênée par la fumée. Si elle n'est pas contente, elle va en ville, elle aura les pots d'échappement, c'est mieux!

Un habitant de Sainte-Flaive-des-Loups

L'initiative est tellement appréciée que certains doivent désormais la mettre en sourdine. A Sainte-Flaive, depuis que les panneaux sont là, plus personne ou presque ne crie au loup...