• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Vendée : des ambassadeurs du littoral pour raisonner les amateurs de pêche

Ces ambassadrices du littoral indiquent aux pêcheurs de coquillages les gestes à adopter pour préserver la faune / © France 3 Pays de la Loire
Ces ambassadrices du littoral indiquent aux pêcheurs de coquillages les gestes à adopter pour préserver la faune / © France 3 Pays de la Loire

Des plages de La Bernerie-en-Retz, sur la côte sud de la Loire-Atlantique, jusqu'à Saint-Hilaire-de-Riez, en passant par Noirmoutier, des "ambassadeurs du littoral" ont été missionnés pour alerter les pêcheurs amateurs sur la préservation de la biodiversité. 

Par Emma Derome

Elles sillonnent une trentaine de plages entre La Bernerie et St Hilaire de Riez. Elles vont à la rencontre des vacanciers pour leur apprendre à pêcher intelligemment et durablement. Ces deux jeunes filles sont des ambassadrices du littoral.

Leur rôle : faire respecter la taille et les quantités des coquillages prélevés pour préserver la ressource. Une expérimentation mise en place par l'association pour le développement du bassin versant de la baie de Bourgneuf.

Cette zone est en effet classée Natura 2000, une classification de l'Union Européenne qui répertorie les sites naturels ayant une grande valeur patrimoniale, et qui demande une attention particulière pour maintenir la diversité biologique de la faune et de la flore. 

Maggy Baillet, ambassadrice du littoral, distribue des plaquettes à destination des pêcheurs de coquillage : "Vous avez un diamètre pour chaque coquillage, et si en posant votre coquillage, il tombe dans le trou, ça signifie qu'il est trop petit, qu'il ne s'est pas reproduit, donc qu'il est interdit à la pêche. En revanche si une fois qu'il est mis à plat, il ne passe pas dans le trou, il est autorisé à la consommation."

Des remarques utiles pour Cathy, pêcheuse amatrice : "Je pense qu'il y a beaucoup d'abus, sur la quantité de pêche notamment. Après, est-ce que tout le monde a envie d'entendre ce qu'elles ont à dire, je ne sais pas, mais moi j'ai trouvé ça utile."

Les ambassadrices ne sont pas là pour infliger des amendes, mais pour changer les comportements, selon le maire de Noirmoutier Noël Faucher : "On voualit pas être dans une démarche de police, mais de sensibilisation, pour donner du sens à l'action qu'on conduit, à ce qu'est Natura 2000 et surtout pour faire comprendre qu'il doit y avoir un lien d'équilibre entre l'homme et la nature ici. 

Les ambassadrices seront là jusqu'à fin septembre, et l'opération sera peut-être renouvelée au printemps 2019 si elle s'avère réussie. 

► Reportage de Thierry Bercault, David Jouillat, et Philippe Coat.

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus