Cop 21 : Raphael Dinelli prépare le premier vol transatlantique décarboné

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Béranger avec Elodie Soulard

L'ancien skipper Raphaël Dinelli travaille depuis six ans sur le projet Eraole. L'idée : traverser l'Atlantique par les airs, sans escale et sans empreinte carbone. Premier vol prévu en 2016.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Il reste encore 35 mètres carrés de panneaux photovoltaïques  à installer sur les deux ailes du futur aéronef hybride. Le compte à rebours est lancé. L'avion doit être prêt deux semaines,  pour sa présentation à  la COP 21.

Eraole, c'est le nom de l'engin qu'ont imaginé Raphaël Dinelli et son équipe, dans l'atelier des Sables d'Olonne (85). Un 100% avion électrique dont l'énergie sera produite grâce à des panneaux solaires et à un biocarburant à base d'algues. Les ailes décalées du biplan vont lui permettre d'augmenter la surface exposée au soleil sans augmenter l'envergure de l'appareil.
Et en vol, lorsque l'énergie solaire ne sera plus suffisante pour alimenter l'avion en électricité, un moteur fonctionnant avec
un algocarburant sera mis en route pour en générer de nouveau.
Eraole doit prendre son envol mi-décembre à Pontoise pour ses premiers essais de roulage sur piste et à faible altitude avant sa présentation le 28 novembre prochain au Bourget à l'occasion de la COP21.

Raphael Dinelli tentera Le premier vol transatlantique, sans empreinte carbone, sans escale et sans assistance entre New York et Le Bourget entre mai et juin 2016. Un voyage dans les airs d'une soixantaine d'heures sur les traces de Charles Lindbergh.