Vendée Globe 2020 : Charlie Dalin cède sa place de leader à Thomas Ruyant

Coup dur pour Charlie Dalin. Le leader de la course depuis 21 jours a cédé sa 1ère place à Thomas Ruyant sur la route de l'Océan pacifique Sud. En cause un problème de foil bâbord. Le point sur les dernières péripéties des 27 skippers encore en lice.

Charlie Dalin sur Apivia était encore en tête au passage du Cap Leeuwin le 13 décembre 2020
Charlie Dalin sur Apivia était encore en tête au passage du Cap Leeuwin le 13 décembre 2020 © Charlie Dalin / Apivia

Avarie de foil pour Dalin

Lundi soir vers 19 heures, la mauvaise nouvelle est tombée. Alors qu'il naviguait en tête de flotte, Charlie Dalin, leader de la course depuis le 23 novembre dernier, a été ralenti après avoir entendu un fort bruit.

"L’avarie observée ne semble pas liée à un choc avec un OFNI car le foil bâbord est intègre. C'est la cale basse (le point d’appui bas du foil, jonction entre le foil et le bateau) qui est endommagée. Charlie s’est donc d’abord concentré sur la fixation du foil pour sécuriser le puits", précise son équipe.

Pas de voie d'eau, mais le skipper met tout en oeuvre avec ses équipes à terre pour réparer et maîtriser la situation. Il a donc considérablement ralenti (5,3 nœuds de vitesse sur les 4 dernières heures).

Une cellule de crise a été mise en place à Concarneau, chez Mer Concept, qui veille à la destinée du projet Apivia. Antoine Carraz, responsable technique d’Apivia, a fait le point sur la situation, en fin d’après-midi : "Charlie a modifié sa trajectoire afin de profiter de conditions favorables pour effectuer la réparation de la cale basse du foil bâbord et celle-ci s’est bien déroulée. L’objectif est maintenant de valider la réparation dans les heures qui viennent afin de passer plus sereinement dans l’océan Pacifique. Nous restons donc prudents et attentifs face à ces prochaines heures, qui s’annoncent cruciales pour la suite de la course de Charlie".

Un coup dur pour le Havrais pas peu fier il y a deux jours, le 13 décembre que son Imoca Apivia soit le premier de ce 9ème Vendée Globe à passer le cap Leeuwin au sud est du continent australien. Mais l'écart avec ses deux concurrents de derrière, Thomas Ruyant et Yannick bestaven était déjà très serré.

La donne a donc changé. Thomas Ruyant est passé en tête suivi de Yannick Bestaven, reléguant Charlie Dalin à la 3ème position.
 

Bestaven retrouve le sourire

Les déboires des uns font le bonheur des autres.Thomas Ruyant, désormais en tête, cavale à plus de 18 nœuds sur LinkedOut, et Yannick Bestaven, 2ème, a retrouvé le sourire et la sérénité. Il a réussi a grimper en haut de son mât pour réparer, couper, coller, et patcher son J2 qui le souciait depuis une semaine.

A la vacation de 5 heures ce 15 décembre, le skipper de Maîte Coq IV déclarait : "Je viens de redescendre du mât ! Je suis en sueur mais tellement content. Je ne disais rien à personne, mais ça me prenait la tête depuis des jours. Je ne pouvais pas utiliser mon J2 qui est la voile tout terrain pour être tranquille. J’étais obligé d’utiliser mon petit gennaker, le bateau sur la tranche, ce n’était pas du tout confort et limite dangereux".

Un réel soulagement : "Qu'est-ce que j'aime pas ça monter dans le mât (...) On n'est pas des alpinistes, le Vendée Globe c'est pas des vacances, les gars", a t-il également lâché avec humour dans l'une de ses vidéos.

durée de la vidéo: 00 min 42
Yannick Bestaven retrouve le sourire

Son avarie n'est pas sans rappeler celle de Maxime Sorel qui a dû lui aussi monter dans le mât pour tenter de réparer deux des voiles d'avant de son Imoca. Une manoeuvre technique épuisante. Maxime Sorel reste à la 11ème position.

Quant au nouveau trio de tête Ruyant/ Bestaven/ Dalin, il approche bientôt de la zone d’exclusion antarctique dans l’immensité de l’océan Pacifique Sud.
 

Le hors course de Sam Davies

La navigatrice est repartie lundi dans son hors course, après plusieurs jours à l'arrêt.

Avec son équipe de Initiatives-Cœur, ils ont à réussi à réparer les dégâts du choc entre un OFNI et la quille. La navigatrice souhaite ainsi aller au bout de son aventure personnelle en bouclant son tour du monde par les trois caps, et aussi prolonger l'existence du projet solidaire qui la porte : sauver des enfants. 

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer nature