Arche de Zoé: 4 prévenus seront jugés ce lundi dont le médecin de Castellane - Alpes-de-Haute-Provence

Le médecin Philippe van Winkelberg ici au Tchad en 2007. / © ISSOUF SANOGO / AFP
Le médecin Philippe van Winkelberg ici au Tchad en 2007. / © ISSOUF SANOGO / AFP

Le procès de l'Arche de Zoé, association qui avait tenté en 2007 de faire venir en France 103 enfants présentés comme des orphelins du Darfour, s'ouvre ce lundi à Paris.
Notamment à la barre, le médecin Philippe van Winkelberg.

Par Anne Le Hars

Le président de l'association l'Arche de Zoé, Eric Breteau, et sa compagne Emilie Lelouch ont fait savoir qu'ils ne seraient ni présents ni représentés devant le tribunal correctionnel.

Dans une interview publiée il y a une semaine par lexpress.fr, l'avocate expliquait que ses clients, qui réservaient alors leur décision, "ont le sentiment de ne pas avoir été écoutés jusqu'ici, ni par les médias ni par la justice" et "craignent que le même phénomène se reproduise devant le tribunal". 
Le couple vit actuellement en Afrique du Sud, Eric Breteau loue des chambres d'hôtes tandis qu'Emilie Lelouch a créé une compagnie de cirque avec des artistes locaux, selon lexpress.fr.

Quatre autres prévenus seront jugés: le médecin de petit village de Castellane dans les Alpes de Haute Provence Philippe van Winkelberg, le logisticien Alain Péligat, la journaliste Agnès Pelleran et Christophe Letien, un membre de l'association qui était resté en France. 

Le rappels de cette affaire avec Joel Barcy : 

DMCloud:17437
Rappel de l'affaire de l'Arche de Zoé avec Joel Barcy
Ils sont poursuivis pour escroquerie, exercice illégal de l'activité d'intermédiaire pour l'adoption et aide à l'entrée et au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France ayant pour effet de les éloigner de leur milieu familial ou de leur environnement traditionnel.

La peine encourue pour ce dernier délit est de 10 ans de prison et 750.000 euros d'amende.

Les membres de l'Arche de Zoé seront jugés cinq ans après leur rocambolesque entreprise au Tchad, où le 27 octobre 2007, ils avaient été interceptés par les autorités tchadiennes à l'aéroport d'Abéché, dans une région frontalière du Darfour soudanais, alors qu'ils faisaient embarquer, affublés de faux pansements, 103 enfants qu'ils comptaient ramener en France. (Avec AFP).


Sur le même sujet

Les + Lus