La ministre de l'Enseignement supérieur saisit la justice contre l'“université” Fernando Pessoa

La ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso s'est tournée vers la justice et reproche l'utilisation abusive du terme "université" par cette antenne de la faculté portugaise installée à La Garde (Var).

Par Christophe Monteil

L'"université" Fernando Pessoa est donc une antenne de la faculté Fernando-Pessoa de Porto, au Portugal. Elle accueille une trentaine d'étudiants depuis son ouverture, le 12 novembre dernier, à La Garde, dans le Var. Ceux ci peuvent suivre des cours d'ontologie, de pharmacie et d'ortophonie.

Le reproche qui est fait à l'UFP est qu'elle accueille des étudiants n'ayant pas réussi les concours de première année de médecine. Et c'est là que se situe le problème, car, comme l'"université" l'annonce sur la page d'accueil de son site: "Les étudiants inscrits à l’UFP France bénéficient d’une double inscription académique avec l’UFP PORTO. L’enseignement est en langue française et les diplômes accordés, après validations des jurys d’examen, sont des diplômes portugais valables dans l’espace européen de l’enseignement supérieur."

En clair, il y aurait un contournement du système français du numerus clausus, qui correspond à un nombre de places limité, dans les différentes spécialités médicales, qui sont attribuées chaque année aux meilleurs élèves, dans les facultés de médecine françaises.

Une pétition circule actuellement sur internet "Pour la fermeture de « l'université » Fernando Pessoa à La Garde" car "Les professions de santé doivent rester accessibles aux plus compétents et motivés et non aux plus fortunés : la santé des patients n’est pas un jeu !".
A ce jour, 2705 personnes ont signé cette pétition.

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus