Les restaurateurs et plagistes de la plage Pampelonne, à Ramatuelle, inquiets pour leur avenir

© France3 Côte d'Azur
© France3 Côte d'Azur

Les restaurateurs et plagistes de la plage de Pampelonne (Var), qui est au coeur depuis 20 ans d'un véritable bras de fer entre protecteurs de l'environnement et professionnels du tourisme, s'inquiètent de devoir détruire leurs bâtiments pour les remplacer par des structures démontables.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

Ces acteurs du tourisme local craignent que la mise en place du schéma d'aménagement, en enquête publique jusqu'au 19 juillet, n'aboutisse à la destruction des emplois de leur secteur, ont-ils affirmé au cours d'un point de presse à Ramatuelle.

Ce schéma doit permettre de limiter l'érosion de la plage et de protéger ainsi la faune et la flore. La plage de Pampelonne, longue de 4,5 km est surmontée de 27 établissements qui vont devoir détruire leurs bâtiments et s'installer un peu plus loin du rivage.

Les professionnels s'inquiètent notamment de la diminution de la surface de plage qu'ils pourront occuper, qui doit passer de 30 à 20%. Plagistes et restaurateurs devront donc détruire leur établissement, puis ensuite répondre à un appels d'offres pour obtenir une délégation de service public. Et si dans ce cadre ils obtiennent le marché, ils pourront enfin réinstaller des structures démontables.
"Cette baisse de superficie, ça sous-entend que des commerces vont disparaître. Au moins quatre." estime Jean-Claude Moreu, le président des exploitants de plage de Pampelonne.
"La saison estivale, c'est 1.500 emplois", souligne Jean-Pierre Ghéribelli, président de l'Union des métiers de l'industrie hôtelière du Var, ajoutant : "Ça n'est pas le moment de détruire des emplois".
"Certains établissements existent depuis une cinquantaine d'années. Et Pampelonne a été classé site naturel remarquable alors que les établissements étaient déjà ouverts. Il y a quelques aménagements à faire, comme une meilleure circulation ou des parkings, mais pas tout raser", s'indigne Jean-Claude Moreu.
De son côté, la municipalité considère qu'il n'y a pas d'autre alternative. "C'est l'État qui nous impose ce schéma. Et encore, grâce à un amendement, nous pouvons conserver les plagistes sinon tout aurait dû être détruit", souligne le maire de Ramatuelle, Bruno Rolland, qui précise que "le réaménagement se fera étape par étape".

En haute saison, la plage de Pampelonne accueille quelque 30.000 visiteurs par jour.

Sur le même sujet

Les + Lus