"Les Marseillais pendant la seconde guerre mondiale" racontés par Renée Dray-Bensousan

L'historienne Renée Dray-Bensousan raconte la vie des marseillais dans un livre de photographies s et de documents inédits, publié chez Gaussen.

"Les Marseillais durant le 2eme guerre mondiale" de Renée Dray-Bensousan
"Les Marseillais durant le 2eme guerre mondiale" de Renée Dray-Bensousan
Agrégée d'histoire, la marseillaise est spécialiste de l'histoire de la Shoa, des Juifs à Marseille et des femmes. En 2001 elle a soutenue sa thèse sur les Juifs à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1944, sous la direction de Jean-Marie Guillon, à l'Université de Provence. Docteur en histoire contemporaine, elle est présidente de l'ARES, l’association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah, elle est aussi chercheur associée à la Maison méditerranéenne des Sciences de l'Homme et membre du comité scientifique du Mémorial des Milles. Aujourd'hui à la retraite Renée Dray-Besnousan se penche sur les petites histoires, celles qui nous permettent de comprendre la grande. 


Renée Dray-Bensousan
Renée Dray-Bensousan


Le livre suit la chronologie de l'histoire en 40 chapitres et fait revivre le quotidien des marseillais. Qui se rappelle que Marseille était considérée comme le port ouvert sur le monde, et était une ville espoir où les fugitifs pouvaient trouver des papiers ? Qui sait que le consul chinois vendait des visas ? Qui sait que dans le Château Beaupain à la Vieille Chapelle, un rabin a sauvé 200 enfants juifs dont les parents avaient été raflés ? Qui se souvient que les marseillais ont eu faim ? 
Ce livre fait suite à une exposition qui s'est tenue au Conseil général des Bouches-du-Rhône. L'abondante iconographie du livre provient des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, des Archives municipales de la ville de Marseille des Archives Municipales de La Bouilladisse, de la Médiathèque de la Bouilladisse, de Yad Vashem, du Musée de la Shoah, de  Jérusalem, de Yad Vashem France Sud, du Mémorial de la Shoah à Paris, du Bundesarchiv de Coblence, de l'ECPAD (établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense), du Varian Institute, du Mémorial des Camps de la mort et des fonds privés, de nombreuses familles ont ouvert leurs archives. Reportage ci-dessous de Christian Pesci, Malik Karouche et Annette Despretz.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter