Une centaine d'animaux protégés saisie sur le marché aux puces de Marseille

Ce perroquet ara bleu a été saisi ce dimanche aux puces de Marseille, dans le 15ème arrondissement. / © ONCFS
Ce perroquet ara bleu a été saisi ce dimanche aux puces de Marseille, dans le 15ème arrondissement. / © ONCFS

Des tortues, des chardonnerets, un ara bleu... au total la police a saisi une centaine d'animaux protégés dimanche sur le marché aux puces de Marseille. Sept personnes ont été verbalisées. 

Par Karine Bellifa

Cent-deux animaux protégés ont été saisis dimanche et sept personnes ont été verbalisées lors d'une opération de police sur le marché aux puces de Marseille, Lors de cette opération, les fonctionnaires ont saisi 77 chardonnerets, 24 tortues dont 23 tortues grecques et une tortue de Hermann, un ara bleu. Ces espèces protégées ont été placées "dans l'attente du jugement chez des personnes agréées ayant le certificat de capacité" pour les détenir.

Des vendeurs à la sauvette

Dimanche, sous la direction du vice-procureur chargé du dossier, 7 policiers, 7 agents des douanes, 2 agents de la Direction départementale de la protection des personnes (ex-DDCCRF et services vétérinaires), 7 agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, appuyés par une trentaine de CRS, ont participé à ce coup de filet auprès de vendeurs à la sauvette et d'établissements commercialisant des animaux protégés dans le 15e arrondissement de la ville. 

23 tortues grecques comme celle-ci ont été saisies dimanche à Marseille. / © DOUANE FRANCAISE / AFP
23 tortues grecques comme celle-ci ont été saisies dimanche à Marseille. / © DOUANE FRANCAISE / AFP

24 délits recensés

Cette procédure a permis de dresser 24 délits concernant les espèces protégées, plus 28 contraventions et 2 délits contre des animaleries pour mauvais traitements. 200 euros d'amende douanière ont été également infligées à un détenteur de tortue. Les animaleries concernées ont reçu une mise en demeure administrative afin de régulariser leur situation, faute de quoi elles pourront faire l'objet d'un arrêté préfectoral de fermeture. La justice précise que "laisser perdurer cette situation peut fragiliser la faune sauvage locale" et que ces ventes d'espèces protégées procurent "une source non négligeable de revenus et peuvent induire le développement de réseaux illégaux".

Des chardonnerets saisis sur la marché aux puces de Marseille. / © ONCFS
Des chardonnerets saisis sur la marché aux puces de Marseille. / © ONCFS



Sur le même sujet

Les + Lus