Un loup empoisonné dans les Hautes-Alpes

Un loup, qui avait été retrouvé mort dans le Queyras en décembre dernier, aurait été en fait empoisonné selon de récentes analyses toxicologiques. Le chloralose, une substance toxique interdite en France, a été retrouvé en forte quantité dans son estomac.

Par Ghislaine Milliet

Le jeune mâle de 23 kg retrouvé mort fin 2013 sur la commune d'Arvieux dans le Queyras, après une collision avec un véhicule, aurait été empoisonné à l'aide d'un produit toxique interdit en France depuis 1997 : le chloralose. C'est ce qu'annonce  la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) de Rhône Alpes après les résultats des dernières analyses toxicologiques.
La substance retrouvée dans l'estomac de l'animal est un produit somnifère et toxique, du chloralose, anciennement utilisé comme appât dans la lutte contre les taupes ou les rongeurs, selon la même source. Le chloralose, une molécule chimique de synthèse, est interdite à la vente en France depuis 1997.
"Le chloralose présent dans l'estomac du loup est en quantité importante. Il ne s'agit pas d'une contamination relais, c'est-à-dire, une contamination après consommation d'une proie intoxiquée", a indiqué Denis Felix, chargé de la coordination interrégionale du Plan National Loup (PNL), au sein de la DREAL Rhône-Alpes.
Conformément au Plan National Loup, le canidé mort à Arvieux est décompté du plafond de 24 loups pouvant être abattus pour la période 2013-2014. A ce jour, dix loups ont été décomptés, dont trois par acte de braconnage dans les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et la Marne.

Sur le même sujet

Orage à Nice est, le 20 octobre 2019

Les + Lus