Chute de la fréquentation sur les pistes de ski

La fréquentation des pistes de ski françaises durant le début de la saison de sports d'hiver a dégringolé de 13% sur un an, en raison du manque de neige, a annoncé Domaines skiables de France dans une note publiée mardi.

Selon ces chiffres, arrêtés au 3 janvier, la baisse de fréquentation est
particulièrement forte dans les Vosges (-40%), le massif central (-31%), le Jura (-26%) ou les Pyrénées (-17%).
Elle est plus limitée dans les Alpes mais reste cependant assez nette: -14% dans les Alpes du Sud, -13% en Savoie, -12% en Isère-Drôme et -10% en Haute-Savoie.

"C'est un début de saison difficile", a reconnu Laurent Reynaud, directeur de Domaines skiables de France (DSF), qui fédère plus de 200 opérateurs de remontées mécaniques en France.

"Ce sont à la fois des précipitations faibles et la douceur des températures qui ont rendu ce début de saison complexe", a-t-il expliqué.


Par rapport à la moyenne des quatre derniers hivers, la baisse est moins nette
(-7%) car cette moyenne compte des années de faible fréquentation, où Noël et le
jour de l'An tombaient un week-end. M. Reynaud a souligné "la précarité dans laquelle se trouvent de nombreux domaines skiables", en raison de la forte baisse de leurs recettes.

Baisse du prix des forfaits

Le manque de neige a en effet obligé de nombreuses stations à réduire le prix de vente de leur forfait car seule une partie de leur domaine était ouvert. La baisse des recettes est ainsi encore plus marquée que celle de la fréquentation, souligne DSF, sans vouloir donner de chiffre précis.
Les petites stations de basse altitude ont beaucoup souffert, avec une chute de
fréquentation de 27% sur un an, tandis que les très grandes stations limitaient
la casse (-8%). 

Une semaine de Noël délicate

La situation a été particulièrement délicate lors de la première semaine des vacances scolaires durant laquelle les domaines de basse altitude étaient fermés presque partout faute de neige. Seuls les Alpes du Sud et les Pyrénées recensaient alors un taux d'ouverture moyen "de l'ordre de 50%", selon DSF.
Avec les chutes de neige intervenues après Noël, la semaine du jour de l'An a
enregistré des niveaux de fréquentation plus élevés qui ont permis "de limiter
le recul", ajoute DSF.
L'an dernier, la France avait déjà laissé échapper, au profit des États-Unis,
sa place de première destination mondiale pour le ski avec une fréquentation en
recul de 4,5% sur l'ensemble de la saison.