Air-France : les syndicats redoutent des licenciements à Marseille et en Corse

Un appareil d'Air-France sur le Tarmac de l'aéroport Marseille Provence à Marignane / © Photo AFP : Boris Horvat
Un appareil d'Air-France sur le Tarmac de l'aéroport Marseille Provence à Marignane / © Photo AFP : Boris Horvat

Air France a répété vendredi 25 septembre en comité central d'entreprise qu'elle écartait tout plan de licenciements massif à la maintenance et au sein du "hub" de Roissy, sans toutefois atténuer l'inquiétude grandissante pour l'emploi dans les escales, selon la CGT.

Par Marc Civallero avec AFP

L'ensemble des élus du personnel, à l'exception de la CFE-CGC absente, ont initié une procédure de droit d'alerte pour le CCE, le comité central d'entreprise du 5 octobre, afin de questionner la compagnie sur le sujet. Le Code du travail permet au CCE de "demander à l'employeur de lui fournir des explications" quand il "a connaissance de faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l'entreprise".

Inquiétude des syndicats d'Air-France

les syndicats redoutent de nombreux licenciements dans les escales du sud de la France, "à Marseille et en Corse" principalement, a indiqué Didier Fauverte, secrétaire CGT du comité central d'entreprise d'Air France. La CFDT a d'ailleurs déposé un préavis de grève à Marseille le 5 octobre, différent de l'appel national lancé par FO, la CGT et UNSA Aérien. La direction de la compagnie tranchera ce jour-là entre le plan de développement "Perform 2020", actuellement en discussion avec les syndicats de navigants, et
le "plan B" de réduction de la flotte long-courrier, qui mettrait en péril de nombreux emplois.

Même en cas d'accord avec les navigants, des licenciements sont envisagés.

Dans un courrier interne, le président d'Air France Frédéric Gagey a déclaré

"Perform" permettra d'éviter les départs contraints, à l'exception de quelques secteurs où, sauf à trouver des solutions par la négociation, nos coûts sont si décrochés du marché qu'ils mettent en péril toute l'activité concernée


Pour la CGT, il ne fait "aucun doute" que les escales sont visées. Le dernier plan de départs volontaires à Air France vise 500 postes parmi les personnels au sol, principalement dans les escales. L'appel à candidature est clos ce vendredi 

Sur le même sujet

Les + Lus