​​​​​​​Alerte aux pollens : le port du masque peut aussi vous protéger des allergies

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean Poustis

Si les départements de Provence-Alpes-Côte d'Azur sont bien au vert pour le Covid, les Bouches-du-Rhône et le Var sont eux en orange mais pour un risque élevé d'allergie aux pollens de graminées. Mais avec le port du masque, les personnes allergiques seront plus protégées cette année.

Depuis le déconfinement, Marthe*, allergique aux pollens de graminées, sort de plus en plus souvent, toujours avec son masque sur le visage.

Mais contrairement aux années précédentes, cette marseillaise de 65 ans a moins de symptômes (rhinites, conjonctivites, toux...)
Alors que les Bouches-du-Rhône et le Var sont actuellement en risque d'allergie élevé aux pollens de graminées, en plein pic de l'allergie en France, certaines personnes allergiques comme Marthe sont moins touchées en 2020.

"Mes yeux ont piqué dernièrement, mais j'ai été très peu obstrué au niveau du nez. Peut-être que le masque que je porte en permanence a eu un impact. Ne pas sortir a également été un grand plus pour éviter mon allergie", indique Marthe.

Des masques efficaces...

Comme Marthe, de nombreuses personnes allergiques se demandent si les masques mis pour se protéger du Covid-19 peuvent permettre de lutter contre leur allergie. C'est le cas notamment d'un coureur cycliste sur les réseaux sociaux.

Selon des spécialistes des allergies, le masque serait "efficace, de manière limité et cela n'est pas prouvé", explique le professeur Pascal Chanezchef de service de la Clinique des bronches, de l'allergie et du sommeil à l'hôpital Nord de Marseille.

"Cela dépend du masque. S'il n'est pas bien fixé, alors les pollens peuvent avoir accès aux voies respiratoires. Mais les masques efficaces contre le Covid-19 peuvent limiter les symptômes", déclare Oliver Gilles, ingénieur en aérobiologie au Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

Même constat du côté des pharmaciens où la vente de masques continue d'être importante.

"Les masques peuvent être à double emploi. Ca permet de protéger des personnes allergiques sans qu'ils s'en rendent compte. Mais après, nous avons beaucoup de personnes allergiques qui viennent quand même", rapporte Stéphane Pichon, président de l'ordre des phamarciens Paca-Corse.

...mais pas pratiques

Par contre, les masques ne sont pas pratiques dès qu'une personne a envie de se moucher ou d'éternuer.

"J'ai dû en changer alors que j'étais dehors car j'avais éternué dedans", reconnaît Marthe.

"Si ils ont une allergie, alors ils doivent le laver. C'est le côté moins pratique", admet Oliver Gilles.

Le masque ne protège également pas les yeux des allergiques aux pollens de graminées.

"Le nez est protégé, mais les yeux et les cheveux non. Les cheveux par exemple, le pollen s'y incruste puis quand vous rentrez à la maison et que vous enlevez le masque, vous êtes touchés sauf, si vous les lavez bien", rappelle le professeur Pascal Chanez.

Des gestes pour limiter l'exposition

Le confinement a eu aussi un impact positif pour les personnes victimes d'allergie aux pollens. En restant à la maison, sans trop sortir dans la nature au contact des pollens, elles ont été protégées.

"Elles ont été moins exposées pendant les fortes concentrations de pollens. Et puis la région de la Méditerrannée n'est pas celle où les risques sont les plus élevés", souligne Oliver Gilles.

"Ce long confinement leur a été bénéfique. Après, ils sont sortis, alors il faut qu'ils fassent attention et limitent leur exposition aux pollens", alerte le professeur Pascal Chanez.

Le RNSA recommande aux personnes allergiques d'aérer leur lieu de vie au moins dix minutes par jour, de se rincer les cheveux le soir ou d'éviter de faire sécher le linge en extérieur notamment.

La fin du risque élévé

Dans les prochains jours, la pluie devrait refaire son apparition en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le risque élevé devrait baisser "mettant fin au pic de l'allergie aux pollens de graminées".

"Du beau temps et du vent sont des bonnes conditions pour les pollens, mais pas la pluie. La concentration importante actuellement avec cette alerte orange ne devrait pas durer", signale Oliver Gilles, ingénieur en aérobiologie au Réseau national de surveillance aérobiologique.

La saison des graminées doit bientôt prendre fin. Toutefois, ce n'est pas encore terminé.

En août et septembre, le Vaucluse devrait être "normalement touchée par les pollens d'ambroisie", alerte Olivier Gilles.
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité