Alliance entre LREM et Renaud Muselier (LR) aux élections régionales : les réactions en Paca

En répondant "très favorablement à l'initiative de Renaud Muselier" et retirant le projet d'une liste La République en marche aux prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Jean Castex provoque un séisme politique ce dimanche 2 mai.

Renaud Muselier se "félicite" de cette alliance entre sa liste et la majorité présidentielle.
Renaud Muselier se "félicite" de cette alliance entre sa liste et la majorité présidentielle. © Nicolas TUCAT / AFP

Il n'y aura pas de liste La République en marche (LREM) face à celle menée par Renaud Muselier (LR) en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Jean Castex l'a annoncé au JDD ce dimanche 2 mai, scellant une forme d'alliance entre le parti présidentiel et Les Républicains.

La chef de file désignée par LREM dans la région, Sophie Cluzel, ainsi que "des représentants de la majorité parlementaire vont intégrer le dispositif conduit par Renaud Muselier", a précisé Jean Castex.

"Rassemblement contre les extrêmes"

Contacté par France 3 Provence, Renaud Muselier n'a pas souhaité commenter cette information ce dimanche matin, précisant simplement qu'il "ne s'agit pas d'un accord d'appareil" politique.

Sur son compte Twitter, le président de la Région Paca candidat a sa succession s'est félicité de la déclaration du Premier ministre, ajoutant que "la voix (voie, Ndlr) du rassemblement contre les extrêmes est celle de la raison, et du bon sens".

"Un coup de poignard dans le dos"

L'annonce passe mal au sein d'une partie des élus Les Républicains. "Un coup de poignard dans le dos" pour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, président des Républicains des Alpes-Maritimes mais aussi président de la commission nationale d'investiture des Républicains, qui doit se réunir ce mardi 5 mai. "Jusqu’au bout j’ai espéré leur sursaut, celui d’amis qui se perdent. Ils ont osé l’inacceptable".

Sur la même ligne, le maire de Cannes David Lisnard, évoque "des arrangements politiciens qui réduisent le débat à un duel-duo mortifère LREM/RN" et en appelle à "une nouvelle offre claire pour notre pays".

Le député des Alpes-Maritimes, élu d'Antibes, Eric Pauget, voit lui aussi dans cette fusion un cadeau au Rassemblement National.

Pour Thierry Mariani, la tête de liste du Rassemblement National pour ces régionales en Paca, "maintenant c'est clair et incontestable".

Dans une interview donnée le 3 mai, Thierry Mariani soutient que la tendance des alliances convient aux élus mais pas aux militants. "Regardez, par exemple, dans notre région, Eric Ciotti a une position claire : pas d'alliance. Monsieur Estrosi a une position aussi depuis des mois, qui est claire mais dans l'autres sens : il faut une alliance (...) "Moi, je m'adresse à tous ceux qui votent à droite traditionnellement (...) Réalisez que voter pour la liste de Muselier ce sera soutenir le gouvernement."  

Et le député européen du Vaucluse de diffuser un montage photo qui fusionne les logos de LREM et de LR.

"Muselier enlève le masque et assume de se soumettre à Macron", affirme de son côté le sénateur Rassemblement National des Bouches-du-Rhône et président du groupe RN  au conseil municipal de Marseille.

Pour Julien Aubert, député Républicain de la 5e circonscription du Vaucluse et conseiller régional, "ce mariage signerait la fin d’une alternative crédible à EM. Cette OPA décalée est très éloignée des attentes de nos concitoyens".

Julien Aubert voit en cette alliance un mariage stratégique pour mieux étouffer les LR.

« Jean Castex veut épouser la droite comme la mante religieuse femme veut épouser la mante religieuse homme avec la même ardeur et la même intention finale ».

 Union sacrée entre Christian estrosi et Renaud Muselier

Christian Estrosi, dont on sait la proximité avec LREM, a réagi sur les réseaux sociaux en apportant tout son soutien à "mon ami Renaud".

"Je le soutiens avec force parce que je veux que notre Région continue à porter des valeurs de tolérance et de responsabilité et parce que contrairement à ceux qui ne pensent qu’aux échéances présidentielles ou législatives, nous n’avons pour objectif que de faire avancer les Alpes, la Provence et la Côte d’Azur" a conclu Christian Estrosi, après avoir rappeler les valeurs du Gaullisme qui lui sont chères, et affirmer vouloir continuer le rassemblement du parti .

"Je suis déterminé à me battre afin que le parti qui est celui de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy qui ont toujours su rassembler et surtout créer une digue face au rassemblement national ne sombre pas sur les valeurs de respect, de tolérance, de liberté, de travail, de responsabilité et de mérite que je porte depuis toujours".

"Soutien plein et entier" d'Hubert Falco

Hubert Falco, le maire de Toulon, a lui renouvelé ce dimanche matin son "soutien plein et entier" à Renaud Muselier. "Rassembler des femmes et des hommes face à l’extrémisme a toujours été ma ligne de conduite !"

La député LREM des Alpes-Maritimes Alexandra Ardisson appelle ce dimanche à l'union : "réunissons toutes les forces positives et constructives. Mettons toutes les compétences au service des habitants" de Paca.

Dans les Bouches-du-Rhône, Anne-Laurence Petel, Députée d'Aix et du Pays d'Aix LREM appelle à dépasser les clivages politiques: "la question de l’alliance est une question de timing pour faire barrage au RN. Ce rapprochement n’est pas du tout surprenant. Ce n’est pas un rapprochement de partis mais avec le président de région sortant, Renaud Muselier".

Pour la députée, il s'agit de faire barrage au Rassemblement National.

"Il y a un vrai risque de percée du RN dans la région, plus grand qu’en 2015, il est donc important de s’unir pour faire front. La majorité présidentielle, porte en elle les valeurs de dépassement des clivages et des valeurs humanistes et progressistes, qu’il est important de retrouver dans les visages et les axes programmatiques de ces élections".

Même tonalité de propos du côté d'Alexandra Louis, députée  à Marseille (Bouches-du-Rhône): "on voit bien qu'aujourd'hui, il faut sortir des clivages et faire face au danger du RN. C'est un choix courageux de la part de Sophie Cluzel et de Renaud Muselier de dépasser les partis politiques. C'est vital pour la région et son avenir si l'on veut bâtir sur des valeurs républicaines fortes".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca politique la république en marche les républicains christian estrosi élections régionales élections