Marseille : Monseigneur Ricard avoue un comportement "répréhensible" avec une jeune fille

Le cardinal Jean-Pierre Ricard, a avoué avoir eu un comportement "répréhensible" avec une jeune fille de 14 ans. Des faits qui remonte aux années 1980. L'ancien évêque de Bordeaux, né à Marseille a pris sa retraite en 2019 à Peyruis dans les Alpes-de-Haute-Provence. La conférence des évêques de France, qui se tient du 3 au 8 novembre à Lourdes est marquée par les affaires d'abus sexuels dans l'église catholique.

"J'ai décidé de ne plus taire ma situation et de me mettre à disposition de la justice." Dans un communiqué lu devant la presse par Eric Moulins-Beaufort, président de la conférence des Evêques, Jean-Pierre Ricard passe aux aveux.

"il y a 35 ans alors que j'étais curé je me suis conduit de manière répréhensible avec une jeune fille de 14 ans. Mon comportement a nécessairement causé chez cette personne des conséquences graves et durables."

A l'époque des faits, le religieux était en poste à Marseille.

Jean-Pierre Ricard, ancien évêque de Bordeaux, actuellement à la retraite dans le diocèse de Digne-les-Bains dans les Alpes-de-Haute-Provence, dit renouveler son "pardon" à sa victime.

"Un signalement a été fait auprès du procureur, la victime étant mineure au moment des faits", précise le président de la conférence des évêques de France.

Une démarche "inédite"

La nouvelle a été accueillie comme un "choc" par la Conférence des Evêques de France actuellement réunie à Lourdes. Jean-Pierre Ricard a été élu par deux fois président de cette assemblée.

Eric Moulin-beaufort souligne une "démarche inédite", alors que les révélations concernant des abus sexuels au sein de l'église ont bousculé l'ordre du jour l'assemblée.

L'évêque émérite de Créteil, Michel Santier a fait ces dernières semaines l'objet de plusieurs signalement pour violences sexuelles. La Conférence des évêques a annoncé la prise de sanctions contre lui.

Onze évêques ou anciens évêques ont été mis en cause par la justice judiciaire ou interne à l'église, pour violences sexuelles sur des mineurs.