Fragilisé, l'un des Pénitents des Mées va être dynamité

Il faut désormais sécuriser la chandelle rocheuse avant son dynamitage prévu fin mars. / © France 3 Provence Alpes
Il faut désormais sécuriser la chandelle rocheuse avant son dynamitage prévu fin mars. / © France 3 Provence Alpes

Le 2 décembre 2019, lors des inondations qui ont touché la région, un rocher des Pénitents des Mées s'effondrait. Deux mois après la catastrophe, les travaux de sécurisation se poursuivent. Fin mars, des hélicoptères déposeront des explosifs sur le rocher restant, qui menace toujours de s'effondrer.

Par Annie Vergnenegre, GB, PG

Une nouvelle phase de sécurisation aux Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence est en cours. Il s'agit de préparer la chandelle rocheuse (c'est-à-dire le morceau de rocher resté vertical), avant son dynamitage prévu fin mars. Pour cela, les experts en travaux acrobatiques et explosifs, doivent sécuriser le rocher, installer des filets et des grillages sur la pierre,  pour limiter les chutes. 

Jérôme Descombes, le chef de chantier qui dirige ces opérations doit prendre toutes ses précautions : " Il s'agit d'une zone urbaine, il y a donc des risques sur les biens et les personnes, d'autant que le rocher est toujours instable" explique-t-il. 

Une opération de dynamitage. 

Fin mars, le reste de la chandelle, qui menace toujours de s'effondrer sera dynamité. C'est un bloc de plus de 900 m3 qui doit tomber. Il faudra alors évacuer 300 personnes, sur un périmètre de sécurité élargi, afin de limiter les risques de projections liés à l'explosion. Une opération, qui devrait intervenir entre le 23 et le 30 mars.

Gérard Paul, le maire de la petite commune des Mées, est toujours abasourdi, après les effondrements du rocher le 2 décembre 2019, et qui, miraculeusement, n'ont fait aucune victime. Sa priorité est aujourd'hui que les 29 personnes, qui sont toujours évacuées, "puissent retrouver au plus vite leur maison, et redonner au village, son cachet d'antan", explique-t-il.  

Une réunion publique est prévue le 11 mars, afin d'expliquer à la population le déroulé des événements. Tous au village, ont hâte de retrouver un peu de sérénité dans leur village. 

Le 2 décembre, à 16h15, soudain, le bruit "d'un avion de chasse"


C'est un pan de l'histoire géologique des Alpes-de-Haute-Provence et un petit miracle qui s'est déroulé lundi 2 décembre dans le petit village des Mées. L'un des "Pénitents", ces immenses rochers qui se dressent autour du village des Mées, s'est écroulé, engloutissant les maisons situées juste en dessous.

"C'était comme un avion de chasse qui serait passé très bas, tout s'est effondré, la maison a bougé", raconte un habitant. Un énorme bruit et une peur soudaine à 16h15 très précises. Les habitants des Mées sont sous le choc. 3000 mètres cubes de roche se sont brutalement affaisés.

C'est la maison qui a arrêté le Pénitent

"J'ai vu les poteaux qui dansaient comme des allumettes, et j'ai entendu un gros "wouf", et une seconde après,  une deuxième explosion, j'ai pensé à une bouteille de gaz, et puis il n'y avait plus rien, plus d'électricité", explique un autre habitant sous le choc. 

"J'ai vu un morceau plus gros que le clocher qui est tombé et c'est tombé sur les maisons, c'est la maison qui a arrêté le Pénitent".
Trois maisons entièrement détruites, deux autres partiellement endommagées, l'entrée d'une dernière barrée par des milliers de tonnes de rochers, et des chiens à la recherche d'éventuels disparus : toute la soirée, les pompiers ont fouillé les décombres à la recherche d'éventuelles victimes.
Et là, petit miracle. Dans un communiqué, la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a fait état de deux blessés légers. Il s'agit d'une femme qui circulait dans la rue au moment de l'éboulement et d'un homme pris au piège dans sa maison. 

"On a mis en oeuvre 8 maîtres-chiens pour une levée de doute", explique le colonel Frédéric Pignaud, commandant des pompiers des Alpes-de-Haute-Provence, encore stupéfait de pouvoir saluer un "miracle". Les recherches ont repris mardi pour écarter tout doute, mais le bilan n'a pas évolué.
Les secouristes fouillent les décombres à la recherche d'éventuelles victimes, dans le village des Mées (Alpes-de-Haute-Provence) / © GERARD JULIEN / AFP
Les secouristes fouillent les décombres à la recherche d'éventuelles victimes, dans le village des Mées (Alpes-de-Haute-Provence) / © GERARD JULIEN / AFP
Quand l'éboulement a eu lieu, les occupants de la maison détruite étaient au travail. Leurs voisins qui étaient présents, une vingtaine de personnes, ont été évacués par les pompiers.

Le gaz et l’électricité ont été coupés. L’eau a également été coupée dans le centre-bourg, impactant environ 1.500 abonnés. La mairie va organiser mardi le ravitaillement de la population.

J'ai vu le +Pénitent+ se décrocher de la paroi et s'incliner

"Au total, on a sécurisé une soixantaine de maisons, explique le colonel. Personne ne rentrera chez lui avant le passage des experts mardi, car on craint d'autres effondrements".
Les personnes évacuées sont hébergées dans la salle polyvalente. / © Véronique Bouvier FTV
Les personnes évacuées sont hébergées dans la salle polyvalente. / © Véronique Bouvier FTV
Parmi ces habitants, Simone, 78 ans, boit un café bien chaud dans la salle polyvalente de la petite commune où sont accueillis les sinistrés. Avec son mari, ils s'apprêtent à dormir chez des amis. "Mais on n'a rien emmené, même pas nos médicaments", s'inquiète la septuagénaire.

Bientôt, c'est Noël, qu'est-ce qu'on va faire sans maison?

Quand elle a retrouvé son mari quelques heures plus tôt, Simone ne "pouvait plus s'arrêter de trembler". Vers 16h, alors qu'elle sortait de chez elle, la retraitée a "vu le rocher tomber". "J'ai vu le +Pénitent+ se décrocher de la paroi et s'incliner jusqu'à tomber, puis il y a eu un éboulement avec des tas de roches, et un énorme nuage gris de poussière".
L'un des gigantesques rochers qui surplombe le village des Mées (Alpes-de-Haute-Provence) s'est effondré lundi 2 décembre 2019. / © Jean-François MUTZIG / MaxPPP
L'un des gigantesques rochers qui surplombe le village des Mées (Alpes-de-Haute-Provence) s'est effondré lundi 2 décembre 2019. / © Jean-François MUTZIG / MaxPPP
Simone a couru jusqu'à la place. Calmée, elle s'inquiète maintenant pour sa "belle maison avec piscine": "Et si d'autres rochers tombaient?".

Silhamé, 40 ans, a vu son compteur d'électricité tomber puis entendu "un gros bruit comme un avion qui s'écrase". Elle se demandait si elle allait pouvoir récupérer des choses chez elle: "Bientôt, c'est Noël, qu'est-ce qu'on va faire sans maison?".

En déplacement dans la région après le crash d'un hélicoptère de la sécurité civile, qui a coûté la vie à trois secouristes, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, s’est brièvement rendu sur place.
Les intempéries qui frappent depuis dix jours les Alpes-de-Haute-Provence pourraient être la cause de l'effritement des roches sédimentaires, même si "l​​es phénomènes d’érosion sont des phénomènes naturels à l’œuvre en dehors de tout aléa climatique", rappelle un hydrologue à franceinfo.

"Ceci étant, l’accroissement des phénomènes climatiques extrêmes va accélérer ces phénomènes, l’écoulement d’eau fragilise la roche, l’alourdit et crée des phénomènes de vérins hydrauliques derrière la roche, qui va la faire s’effondrer."

Un pan du tourisme bas-alpin qui s'effondre

Le village des Mées est connu pour ses massifs rochers qui surplombent le village, baptisés les "Pénitents" à cause de leur forme insolite qui rappelle des moines en procession. C'est l'un de ces rochers, dont le plus haut atteint 114 mètres, qui s'est écroulé. 

Ce site si particulier est classé depuis 1941. Il fait la renommée du village de 3.600 habitants, bien au-delà des frontières provençales. Un sentier longe la barre rocheuse et attire chaque années de nombreux visiteurs, curieux de découvrir la silhouette des Pénitents, qui s'étire sur plus de deux kilomètres. 

D'après la légende, ils représentent des moines de la montagne de Lure pétrifiés au temps des invasions sarrasines pour s'être épris de jeunes femmes mauresques qu'un seigneur avait ramenées d'une croisade. 
 

A lire aussi

Les + Lus