• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Afflux de migrants, majoritairement érythréens, à la frontière italienne

Image d'illustration / © MAXPPP
Image d'illustration / © MAXPPP

La Police aux frontières (PAF) s'inquiète d'une arrivée massive en France lors du premier semestre 2014 de migrants clandestins, majoritairement en provenance d'Erythrée, via l'Italie, rapporte Le Figaro mardi.

Par Olivier Le Creurer

Une réunion "exceptionnelle" sur le sujet se serait tenue en préfecture de Nice le 9 juillet, qui aurait donné lieu à un rapport de la direction zonale sud de la Police aux frontières, selon le quotidien.
Selon ce rapport cité par le Figaro "la pression migratoire sur la frontière avec l'Italie s'est accentuée à partir du début du mois d'avril 2014. 694 Erythréens étaient interpellés contre seulement 68 interpellations entre janvier et mars 2014.


Interpellations en forte hausse

Les interpellations progressaient de +165% au mois de mai (1.845) et encore de 43% au mois de juin (2.628). Au total, pour le premier semestre 2014, la PAF procédait à 5.235 interpellations".
Cet afflux relevé par la PAF serait la conséquence d'une forte augmentation de l'immigration clandestine en Italie par voie maritime où

"entre le 1er janvier et le 30 juin 2014, 61.591 migrants irréguliers ont débarqué (...), ils n'étaient que 7.913 pour la même période en 2013 et seulement 4.301 pour les six premiers mois de 2012. Les Erythréens représentent 31% de ces migrants (18.282). Les Syriens arrivent en seconde position, avec 10.371 (17%)".




Le rapport soulignerait aussi les difficultés de l'administration à gérer à cet afflux: "L'absence de document d'identité ou d'éléments objectifs justifiant la provenance d'Italie rendent la sollicitation auprès de ce pays d'une réadmission effective impossible. Dans le cas d'espèce, une obligation à quitter le territoire est notifiée à l'étranger".


"phénomène connu"

Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'il s'agissait d'un "phénomène connu". "Cependant, tout, à commencer par la baisse des demandes d'asile en France au 1er semestre 2014, indique que la France est pour ces migrants un pays de transit", a souligné le ministère.

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus