Les Alpes-Maritimes au début de la 1re Guerre Mondiale

L'ordre de mobilisation, qui contraint les hommes en âge de se battre de partir au front. / © France 3 Côte d'Azur
L'ordre de mobilisation, qui contraint les hommes en âge de se battre de partir au front. / © France 3 Côte d'Azur

En 1914 quand la guerre éclate, le département des Alpes Maritimes pense être loin des champs de bataille. Comment la population sur place a-t-elle vécu ces années de guerre ? Très vite les réfugiés et les soldats en convalescence vont affluer dans les palaces de la Riviera, transformés en hôpitaux.

Par Catherine Lioult

On l'appelait la Der des Der. Au début de la guerre 14-18, on pensait que le conflit serait de courte durée. Dans les Alpes-Maritimes, département loin du front, les habitants se sentaient peu concernés. Mais cette insouciance fut de courte durée. Très vite, les hommes sont mobilisés et quittent les villes et les villages, les régiments de chasseurs alpins basés dans le département partent au combat. 

 

La première défaite de l'armée française, la bataille à Dieuze est très meurtrière avec 4 000 morts. Les hôtels de Nice présentent une forte capacité d'hébergement pour les blessés ou les populations civiles des départements occupés. Le climat est favorable pour  la convalescence. Et si la circulation ferroviaire Marseille Vintimille est utilisée pur les soldats et les munitions, c'est par le train des Pignes ( ligne Nice Digne) que la nourriture arrive.

 
Le train des Pigne achemine les denrées. / © France 3 Côte d'AzUR
Le train des Pigne achemine les denrées. / © France 3 Côte d'AzUR


Face à cette première défaite, c'est le XVe Corps Provençal qui servira de bouc émissaire. Des soldats à l'honneur perdu, il faudra du temps pour leur rendre hommage.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus