Alpes-Maritimes : nos bons plans pour voyager en train à la découverte des plus beaux coins

Alors que les vacances de la Toussaint pointent le bout de leur nez, pourquoi ne pas délaisser la voiture pour emprunter un train régional ? On vous dresse ici nos trois destinations coups de cœur en Côte d’Azur.

Le titre du guide lancé conjointement par la SNCF et les guides Michelin est prometteur, Vacances en train. "Il faut oublier parfois qu’on est pressé" explique Philippe Orain son directeur de publication, "oublier qu’on a des bagages à transporter et se recentrer sur l’essentiel."

Le manuel concerne toutes les lignes régionales en France desservant des lieux, des villes ayant un attrait touristique où le plus souvent on peut se restaurer, les bons plans pour louer des vélos, séjourner, l’offre se veut complémentaire.

En Côte d’Azur, arrêtons-nous sur le trajet Cannes/Menton. On apprend ainsi qu’il faut 1h20 pour aller d’un bout à l’autre de la ligne. Que la gare de Cannes n’est qu’à 500 mètres de la ville. On y explique par exemple que, sur place, le meilleur endroit pour pique-niquer est le marché couvert de Forville.

En poursuivant le voyage, un bon plan pour louer un vélo en gare de Juans-les-Pins. A chaque fois il est stipulé le temps pour aller d’un lieu à l’autre.  Un bon plan apéro à Nice, puis le paysage carte postale visible du train à l’approche de Beaulieu-sur-mer.

Le guide explique aussi où il est préférable d’être assis dans le train pour ne rien manquer du paysage qui défile. Cap d’Ail, Monaco puis Menton avec la gare de Roquebrune et sa plage en contrebas, à moins de cent mètres.

 

Autre parcours à ne pas louper, au départ de Nice, le train des Merveilles qui dessert la vallée de la Roya que le guide qualifie ainsi : "un des plus beaux trajets ferroviaires d’Europe". Et on ne peut que lui donner raison.

 

L’occasion de découvrir les villages perchés ou nichés au creux des vallées des Paillons. Un train dont l’existence fut d’ailleurs menacée avant la tempête Alex.

Halte dans les villages de Breil-sur-Roya où un restaurant est accolé à la gare ou encore à Tende, lieu de départ de randonnées en tout genre.

Enfin le train des Pignes qui a la particularité de ne pas être exploité par la SNCF. Là encore, la possibilité de saisir la prouesse pour construire cette voie ferrée qui va de la Côte d’Azur aux Alpes-de-Haute-Provence. Sur le parcours entre Digne et Nice, un peu plus de trois heures de voyage et la possibilité de faire halte ici ou là.

 

 

A l’intérieur des trains, rappelle la SNCF on peut accrocher son vélo, c’est gratuit sur les TER, les associations de cyclistes profitent largement du dispositif.

 

Philippe Moritz, le Monsieur TER, croit dur comme fer dans la complémentarité train, vélo, hôtel, resto. Il explique : "Depuis la crise les Français ont voyagé plus localement dans les régions. L’avantage du maillage des lignes régionales c’est qu’elles sont partout". C’est d’autant plus vrai sur la Côte d’Azur.

"Lorsque les guides Michelin sont venus vers nous on a tout de suite dit oui à ce projet". Le livre est émaillé de témoignages de cheminots qui disent combien ils aiment les lignes de train sur lesquelles ils travaillent, qu’ils soient conducteurs ou encore contrôleurs.

Le train est donc en passe de devenir très "tendance". Les esprits chagrins diront qu'il faut compter avec les retards des TER ou les grèves. Mais c'est sûrement un moyen économique de voyager au moment où le prix des carburants atteint des sommets !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie trains régionaux transports carnets de voyages sorties et loisirs guide michelin culture gastronomie cuisine