275.000 euros pour la vente aux enchères de la succession Jean Marais à Antibes

Ce samedi 25 mars, le monde d el'art azuréen était en émoi. Près de 95% des 300 lots proposés à la vente à Antibes de la succession de l'acteur Jean Marais ont trouvé preneurs lors d'une vente aux enchères. Gain général de la vente 275.000 euros... Et une polémique aussi !

Affluence record samedi 25 mars à l'étude de maître Carvajal d'Antibes : le commissaire priseur mettait aux enchères la collection des époux Pasquali, légataires universels de Jean Marais. Des centaines d'oeuvres d'art, créées par Jean Marais pendant son séjour à Vallauris ont ainsi trouvé preneur. Intervenants : Monique Perron acheteuse et Christophe Fonck association de défense du patrimoine de Vallauris
La collection Jean Marais était mise en vente par les époux Pasquali, des amis de Jean Marais qu'il avait connus lors de son installation à Vallauris dans les Alpes-Maritimes et auxquels il avait légué à la fois ses propres oeuvres d'art et celles qu'il avait rassemblées dans une collection personnelle.
Certains habitants de Vallauris ont regrété de voir partir ces pièces parfois rares. Nombreux d'entre eux auraient espéré un rachat par la commune, estimant qu'il s'agit d'un patrimoine local.

Une première vente par ces mêmes légataires universels, qui avaient notamment initié Jean Marais à l'art de la poterie, avait eu lieu en 2014, avec deux cents lots adjugés au total 225.000 euros.
© Maxppp

47.500 euros pour un buste

Les enchères ont culminé samedi pour un buste féminin époque Napoléon III de Pietro Calvi, en bronze et marbre blanc de Carrare, adjugé 47.500 euros pour une estimation de 10 à 15.000 euros.
Un plat de Pablo Picasso en faïence, représentant un hibou rouge sur fond noir, représentatif de sa période vallaurienne, a été vendu 18.750 euros, plus du double de l'estimation la plus haute. Un portrait de Jean Marais par Arno Breker, une épreuve en bronze, a vu son prix grimper à 3.875 euros. 

Catalogue complet de la vente

Les propres oeuvres de Jean Marais, qui témoignent des talents de dessinateur et de sculpteur du comédien, ont également trouvé preneurs, comme de nombreuses lithographies parties entre 200 et 400 euros, une femme à la cruche en terre rouge de Vallauris vendue 2.000 euros ou encore une tête de lion, de nouveau une épreuve en bronze, adjugée devant une salle comble d'amateurs 7. 750 euros pour une estimation initiale de 1.750 à 2.000 euros.
- Avec AFP 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture économie