Cet article date de plus de 6 ans

Antibes: le squatt de l'hôtel du Parc perdure

Depuis un an et demi, l'ancien hôtel du Parc à Juan-les-Pins  est occupé illégalement par 70 personnes, dont un tiers d'enfants. Un situation administrative compliquée empêche l'expulsion de ces familles roms dont une partie doit être, selon la loi, relogée. 
L'ancien hôtel du Parc à Juan-les-Pins est squatté
L'ancien hôtel du Parc à Juan-les-Pins est squatté © France 3 Côte d'Azur
Sur les sept squats d'Antibes, trois existent toujours. Parmi eux, celui de l'ancien hôtel du Parc, à Juan-les-Pins. 
Il est occupé depuis un an et demi par 70 personnes. Parmi elles, un tiers d'enfants, dont certains sont scolarisés.


La tension monte entre les squateurs et les riverains.

La cohabitation entre squateurs et riverains est difficile. Les riverains dénonçent la saleté des abords du bâtiment et un manque de respect récurrent.  
Une procédure d'expulsion devrait être engagée prochainement à l'initiative du nouveau propriétaire de l'hôtel, une société basée au Luxembourg, qui souhaite  construire à la place une résidence hôtelière.  Mais un recours contre les permis délivrés par la mairie a été déposé par certains riverains. Ce qui retarde d'autant plus la procédure. 
Selon la loi sur le démantèlement des campements illicites une partie de ces familles devraient être relogée par les services de l'Etat. 

Reportage de C. Lioult, N. Morin, K. Schmid
durée de la vidéo: 01 min 37
Squatt à Juan -Les-Pins

Intevenants: 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société roms