Antibes : le plus grand Castorama de France est en grève pour dénoncer le calcul de la prime d'intéressement

Une vingtaine de salariés sur 280 a commencé une grève illimitée. Ils dénoncent une baisse conséquente de leur prime d'intéressement. Ces salariés ont calculé leur manque à gagner : 2300 euros de moins en moyenne. 

Les négociations doivent reprendre le mardi 21 juillet au magasin Castorama d'Antibes (Alpes-Maritimes)
Les négociations doivent reprendre le mardi 21 juillet au magasin Castorama d'Antibes (Alpes-Maritimes) © Séverine Neuquelman - FTV
Malgré la grève, le plus grand magasin Castorama de France est resté ouvert. Il est situé à Antibes (Alpes-Maritimes), route de Grasse. Une vingtaine de salariés, sur les 280 employés, a commencé une grève ce lundi 20 juillet. Un mouvement national à l'appel de 5 syndicats qui a touché une soixantaine de magasins sur les 90 de l'enseigne de bricolage. 

Un répit


Hier, en fin d'après-midi, la réunion avec la direction a apporté "quelques éléments, mais ce n'est pas suffisant", a indiqué M. Fruit.
L'appel à la grève n'est pour l'instant pas reconduit ce mardi 21 juillet car "on laisse à la direction un répit demain", a déclaré Pascal Le Mangouero, délégué CFE-CGC à l'AFP. 
Réunis en intersyndicale, ils dénoncent une baisse conséquente de leur prime d'intéressement, liée au changement du mode de calcul. 
 

Les gens ont travaillé pendant le Covid-19 ils ont été en première ligne sont venus alors que la situaiton n'était pas évidente. Maintenant que les chiffres explosent, ils ne veulent pas donner le montant prévu par l'accord d'entreprise qui a été signé au mois de février. 

Christophe Cerrino, délégué syndical CFTC

 

Manque à gagner : 2300 euros


Ces salariés ont calculé leur manque à gagner : 2300 euros de moins en moyenne ! Le syndicaliste dénonce une économie de 30 millions d'euros réalisée par Castorama. La direction quant à elle, affirme avoir versé au 2ème trimestre 2020 un intéressement trois fois supérieur à celui de l'an dernier à la même époque. 
 

On va prendre sur un salaire de base de 1500 brut on aurait dû avoir 3000 et on aura que 700 ou 600 euros, suivant les magasins et suivant le taux du magasin. C'est une économie de 30 millions d'euros qui est réalisée par la direction générale aujourd'hui.

Nicolas Euzenot, délégué syndical central Castorama

Ce lundi 20 juillet, la réunion de négociations n'a pas abouti à un accord. Rendez-vous est donc donné dès 11h00 mardi matin pour poursuivre les négociations. Interrogé sur une issue favorable à ces demandes, le délégué syndical de la CGT Jean-Luc Rousson ne se montre guère optimiste. 

6 mois de salaire trimestriel


Pendant la crise sanitaire, le grand magasin de bricolage a été fermé. Puis il a rouvert pour des commandes sans contact. Depuis sa réouverture complète le 11 mai dernier, c'est l'affluence ! "Le chiffre d'affaires est en explosion, ce qui fait que les primes devraient exploser aussi", précise le syndicaliste. Mais un nouvel accord sur l'intéressement a été signé récemment. Le calcul des primes n'est plus fait sur le chiffre d'affaires annuel mais sur 6 mois de salaire trimestriel.

Un changement dans le mode de calcul des primes qui est passé inaperçu au moment des négociations syndicales. 

Pas d'accord


Ce lundi 20 juillet, la réunion de négociations n'a pas abouti à un accord. Rendez-vous est donc donné dès 11h00 mardi matin pour poursuivre les négociations. Interrogé, le délégué syndical de la CGT Castorama à Antibes Jean-Luc Rousson, ne se montre guère optimiste sur une idée favorable pour obtenir un changement du mode de calcul de la prime.


Des primes essentielles pour les salariés de Castorama :

85% des salariés gagnent entre le Smic et 20% au-dessus du Smic. La prime, c'est ce qui permet de boucher les trous.

Jean-Paul Gathier, délégué FO. 



Dans le passé, dans certains magasins, les salariés ont pu obtenir cinq mois d'intéressement sur l'année", a précisé Chrystelle Derrien, déléguée
CFDT. "On veut juste l'application de ce qui a été négocié", a-t-elle ajouté.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie coronavirus/covid-19 santé société