Coronavirus : un numéro vert pour aider les auxiliaires de vie dans les Alpes-Maritimes, elles-aussi en première ligne

Médecins, infirmiers, agents hospitaliers, chaque soir à 20 heures hommage est rendu à ces professionnels qui se battent contre le Covid-19. Les auxiliaires de vie interviennent auprès des personnes âgées, elles jouent elles-aussi un rôle crucial. Et vivent des situations difficiles. Exemple.

Un dispositif de protection est indispensable à cette auxiliaire de vie pour rendre visite à cette dame potentiellement porteuse du Covid-19.
Un dispositif de protection est indispensable à cette auxiliaire de vie pour rendre visite à cette dame potentiellement porteuse du Covid-19. © Séverine Neuquelman (FVT)
A 87 ans, Yvette est seule dans son appartement. Son époux, tombé malade il y a 15 jours, a été testé positif au coronavirus et a été hospitalisé. Aujourd'hui il va mieux, mais il est toujours à l'hôpital.

Yvette est atteinte d'une pathologie qui la prive quasiment de la vue. Elle a besoin d'une aide pour les gestes de la vie quotidienne. Cette aide, c'est Alexandra qui lui apporte. Auxiliaire de vie à domicile, elle vient la voir chaque jour, et lui prépare son repas.

Sa bénéficiaire étant potentiellement porteuse du Covid-19, Alexandra Tekiki se plie à un dispositif de protection très strict. Gestes-barrière, évidemment, port du masque, de gants, d'une charlotte et d'une combinaison. Yvette elle-aussi porte masque et gants.

" Ça évite certains contacts.  Ça a été comme ça depuis le début, et ça me rassure", explique l'octogénaire.


Des tournées particulières ont été mises en place pour les bénéficiaires pouvant être contaminés. Entre chaque visite, Alexandra Tekiki se douche de la tête aux pieds.

Même si on a des protections, on ne sait jamais...

Comme les autres soignants, les auxiliaires de vie sont en première ligne depuis le début de la crise sanitaire. Mais leur profession est mal connue, souvent peu rémunérée.

Leur place est aussi importante que l'infirmière qui vient faire un soin.

estime Lucile Bufarull, directrice de l'entreprise Pôle Domicile, qui emploie Alexandra Tekiki. "Il n'y a pas de hiérarchie dans l'aide à domicile, il y a une complémentarité."

Des dispositions spécifiques 

Une formation spécifique a été mise en place par un regroupement d'entreprises de service d'aide à domicile. Elle comprend des conseils sur les vêtements qu'il faut porter, la préparation du véhicule ou encore la mise en place d'un bac de décontamination.

Les tournées sont désormais réalisées « à la mission » et non plus à l’heure pour mieux se concentrer sur les gestes barrières.

A ce jour, sept structures coordonnent leurs efforts pour cette prise en charge à domicile de bénéficiaires COVID 19, ce chiffre évolue sans cesse en fonction des demandes.

Un numéro vert dédié est disponible pour centraliser les demandes : 0 805 381 171 (ouvert 7J/7 et 24H/24).

La structure a aussi pour but de désengorger les hôpitaux de certains patients âgés malades mais stabilisés, ne pouvant rentrer à domicile faute d’aidants.

La personne qui coordonne cette prise en charge est Lucile Bufarull, infirmière de formation et directrice de Pôle Domicile (une entreprise de service d’aide à domicile du 06).

De Mandelieu-La Napoule à Nice, les 110 auxiliaires de vie employés par Pôle Domicile apportent une aide quotidienne à 300 bénéficiaires. Parmi eux, deux cas positifs ont été détectés, et quelques cas suspects, comme Yvette.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société personnes âgées famille
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter