Déconfinement : rétropédalage à Villeneuve-Loubet, les CP et CM2 finalement accueillis

Faut-il rouvrir les établissements scolaires dès le 11 mai ? C'était non pour le maire de Villeneuve-Loubet, Lionnel Luca. Il annonce finalement que les CP et CM2 pourront être accueillis.

Le déconfinement en France, c'est le 11 mai.
Le déconfinement en France, c'est le 11 mai. © Jean-Marc Quinet /MAX PPP
A Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes, le maire Lionnel Luca annoncait la couleur mi-avril.

"Je le dis très solennellement dès ce soir : la municipalité de Villeneuve Loubet ne mettra aucun des enfants qui lui sont confiés dans ses locaux en situation de risque sanitaire et bien sûr ses agents municipaux..."- Lionnel Luca

 Mais, ce jeudi 7 mai, il revient en partie sur sa décision et annonce sur Facebook :"Seuls les élèves de CP et CM2 seront accueillis dans des classes réduites à 10 élèves maximum et de 40 élèves au plus par groupe scolaire." Aucune date n'est fixée pour le moment. 
 La commune compte huit écoles au total, soit quatre maternelles ( Saint-Georges, les Plans, Antony-Fabre aux Rives, Hauts de Vaugrenier) et quatre élémentaires (Saint-Georges, les Plans, Antony-Fabre aux Rives, les Maurettes) sans oublier un collège.

Pour le maire, la réouverture des écoles à compter du 11 mai, à l'issue du confinement était incompréhensible, et dangereuse en matière de santé publique. Il ne comprend pas cette décision du président de la République Emmanuel Macron, annoncée dans sa dernière intervention.
  

Pas de personnel municipal

Ainsi, dans un post Facebook, Lionnel Luca écrit au soir de l'intervention du chef de l'Etat : 

Les déclarations du président ce soir me paraissent très hasardeuses : d'abord parce que nul ne peut dire ce qu'il en sera d'ici le 11 mai et surtout parce que s'il y a bien des lieux qui méritent toutes les précautions c'est bien les crèches, les écoles maternelles et primaires en priorité mais aussi les collèges et lycées car ce sont des lieux de fortes densités et donc de promiscuité ! 

 

Joint au téléphone, il ne cache pas sa perplexité :

une cantine, dit-il, c'est un lieu de promiscuité où les agents de la commune sont au contact avec les enfants. On sait que les petits peuvent être des vecteurs du coronavirus, on  ne veut exposer ni les enfants ni les familles à l'entrée et à la sortie des classes. Un collège ou un lycée, c'est un porte-avions, sauf que les ados rentrent chez eux...
 


Les parents d'élèves perplexes


Laetitia Proisy est la présidente des parents d'élèves de l'école élémentaire Les Maurettes, et elle est aussi préparatrice en pharmacie à l'hôpital Pasteur de Nice. Elle comprend, dit-elle, le ras-le-bol des parents contraints de faire faire les devoirs, qui ont parfois des enfants en difficulté scolaire, et elle comprend aussi que ces pparents devront pour certains reprendre le travail une fois le confinement levé. Mais elle ne rescolarisera pas son fils de 10 ans après le 11 mai." Ce n'est pas parce qu'on déconfine qu'il n'y a pas le virus, il y a l'école, la garderie avant et après, le bus scolaire. Comment appliquer la distanciation dans une classe, faire appliquer les gestes barrières ? 

Libre choix des parents au Cannet


Michèle Tabarot, députée Les Républicains, est le prochain maire du Cannet. Elle a été élue au premier tour et elle retrouvera après le confinement un fauteuil qu'elle a occupé pendant 22 ans et qu'elle avait laissé à Yves Pigrenet pour cause de cumul des mandats.  Elle a écrit au premier ministre.
Pour elle, 

il faut laisser aux parents une plus grande liberté dans le choix de scolariser ou non leurs enfants. Cela permettrait à la fois de respecter la volonté des familles, mais également, d’apporter une réponse aux parents qui n’auraient pas d’alternative.

La future maire et Yves Pigrenet encore en fonction ont adressé un courrier dans ce sens à tous les parents d'élèves de la commune.

Certains parents pourraient être contraints de reprendre le travail sans avoir de solution de garde et de continuité éducative. Aussi, nous leur assurons, comme nous le faisons actuellement avec le service minium de garde des enfants (personnels soignants, policiers, pompiers et actifs des commerces essentiels), que nous sommes prêts à accueillir leurs enfants dans le respect d’un scrupuleux cadre de sécurité et d’hygiène. 

Un courrier au ministre de l'Education nationale

Le maire de Cannes David Lisnard a de son côté adressé un courrier à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale. Il lui demande "des décisions cohérentes, fiables et des garanties de protection de la santé des enfants, des familles, des enseignants et de tous ceux qui travaillent dans les établissements scolaires".  
 

Courrier de David Lisnard au ministre de l'Education nationale


Ce courrier a été signé par le maire de Villeneuve-Loubet, Lionnel Luca, mais aussi les maires de la Communauté d'Agglomération Cannes Pays de Lérins, Grasse et les communes de la Communauté d'Agglomération des Pays de Grasse autour de Jérôme Viaud, le maire de Nice Christian Estrosi, Michelle Salucki (Vallauris), Jean-Marc Fonseca (Rigaud) et la mairie d'Aiglun. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société éducation déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter