Journée mondiale des télécommunications. Quand l'histoire des transmissions s'écrivait à Antibes

Publié le

La Journée mondiale des télécommunications est ce mardi 17 mai. Elle est consacrée aux innovations technologiques qui ont émaillé les ondes depuis plus d’un siècle. A Antibes dans les Alpes-Maritimes, un site garde les traces de l’histoire de la toute première transmission sans fil, entre la Corse et le continent.

La télégraphie sans fil, un outil révolutionnaire en 1901. Alors que les prémices des communications radio commencent à fleurir à cette époque sur le vieux continent, une page de cette histoire s'est écrite sur la Côte d'Azur, et plus précisément à Antibes. 

Le quartier de la Brague abrite à l'époque un site expérimental que Guglielmo Marconi, physicien et homme d'affaires italien, équipe pour réaliser l'impensable, l'envoi d'un message par delà les mers, jusqu'en Corse. 

Le 14 avril 1901, un message en Morse parcourt 175 km et parvient à Calvi, sur l'île de beauté.

Marconi a obtenu cette année-là les autorisations et les moyens pour tenter cette transmission inédite, il fait installer dans le quartier de la Brague, à Antibes une salle opérationnelle et un pylône de 55 mètres de haut, constitué de trois mâts de bateau.  

Le choix de la Côte d'Azur et de cette date n'est pas un hasard 

Pour le Commandant Raoul Darriet, président de l’Amicale des transmissions, le choix de cette date par l’Italien n’avait rien d’innocent : "Marconi était technicien, mais c’était aussi quelqu’un qui faisait du marketing, qui voulait vendre ses produits. Il y a fait à ce moment là, organisé par le prince Albert Ier, un colloque maritime international qui avait lieu le 14 avril 1901, donc il a profité de cette occasion de se faire connaître auprès de la marine." 

Avez-vous déjà remarqué la plaque sur cette maison du quartier ? 

La démonstration est une totale réussite pour Marconi et son équipe. Il offre aux armées et aux empires de l'époque présents sur de nombreux continents, comme l'Angleterre et la France, un moyen pour leurs flottes de communiquer.

La portée commerciale et militaire de la TSF sera immense, comme le pressentait Marconi. Le Morse tombera quant à lui en désuétude à la fin du XXe siècle, pour n'être aujourd'hui que pratiqué par de rares initiés.