• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

L'oligarque Boris Berezovsky (Château de la Garoupe à Antibes) dans le collimateur de la justice pour blanchiment

© Photo : André Cowie/AFP
© Photo : André Cowie/AFP

Selon La Provence, le procureur de Marseille a requis le renvoi devant un tribunal correctionnel de l'oligarque russe. Il avait été mis en examen en 2011 par un juge marseillais pour le blanchiment d'énormes sommes d'argent, via l'acquisition, sur le Cap d'Antibes, de 3 propriétés de luxe.

Par Yves Lebaratoux

QUI EST BORIS BEREZOVSKY?

Pendant la présidence de Boris Eltsine, Berezovsky est l'un des hommes d'affaires qui parvient à avoir accès au président. Il utilise son réseau politique pour acquérir des parts dans plusieurs entreprises d'État privatisées dans des secteurs-clés de l'économie, dont AutoVAZ, la compagnie aérienne Aeroflot, et des entreprises de matières premières, en ne payant qu'une fraction de leur valeur réelle et en se servant d'une banque pour financer ses opérations. Ces opérations sont critiquées aujourd'hui, par les analystes économiques étrangers comme par le pouvoir russe, comme un pillage systématique des biens de l'État, par sociétés-écrans interposées. 

DEBUT DES ENNUIS....

Vladimir Poutine, élu président de la Fédération de Russie en mai 2000, ne tarde pas à faire ouvrir des investigations sur les affaires de Berezovsky. Celui-ci est accusé par les autorités judiciaires russes de fraude à grande échelle, notamment dans l'affaire de la privatisation controversée de la compagnie aérienne russe "Aeroflot" et de corruption politique. Après avoir démissionné de son mandat de député en juillet 2000, il s'exile à Londres en octobre 2001, où il habite en alternance avec sa propriété du cap d'Antibes sur la Côte d'Azur. (Wikipedia)

ACHAT DU CHATEAU DE LA GAROUPE, A ANTIBES :

Boris Berzovski, en effet fait l'acquisition, sur le Cap d'Antibes, de trois propriétés de luxe, dont Le clocher de la Garoupe, acheté, le 31 juillet 1997, 13 millions d'euros à Mme Francis Bouygues. Boris Berezovsky ne reconnaît pas détenir ce bien. Mais, selon une note de police de 1999 corroborée par un rapport des impôts des Alpes-Maritimes, le château de la Garoupe a bien été achété par "BB", avec un montage financier complexe où l'argent transitait par la Suisse et le Luxembourg.

 / © Patrick Rouzet (Wikipedia)
/ © Patrick Rouzet (Wikipedia)


LES PROCEDURES JUDICIAIRES :

1-RUSSIE-BRESIL :
Poursuivi pour fraude et évasion fiscale par le Parquet russe (et également par le Parquet du Brésil
pour le financement illégal d'un club de football), il vit actuellement en exil à Londres, où il a obtenu le statut de régugié politique, sous le nom de Platon Elenine

2-FRANCE :
Dans les perquisitions menées en 2005 à la Garoupe, un autre nom est sorti des fichiers saisis par les policiers de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) : Roman Abramovitch.

"Au juge marseillais, Boris Berezovsky a expliqué que sa fortune découle de la vente de ses parts dans la société pétrolière Sibneft et de Rusal, 2ème producteur mondial d'aluminium. Associé notamment à Roman Abramovitch, autre oligarque russe et patron du Chelsea FC, Boris Berezovsky assure qu'il s'était effacé du capital de Sibneft en raison de son exposition politique, mais continuait à percevoir ses bénéfices, ainsi que le produit de la cession de ses actions. Une version contestée par Abramovitch. 

LE NOM D'ABRAMOVITCH APPARAIT DANS LE DOSSIER :

L’actuel patron du club de foot de Chelsea aurait aidé  Berezovsky à acquérir le domaine, en garantissant, via sa société Sibneft, une partie des fonds.

Pourquoi un tel cadeau de la part d'Abramovitch?  Au début des années 1990, Boris Berezovsky aurait facilité l’ascension de l’actuel patron du club de foot de Chelsea auprès de Boris Elstine, lui permettant de participer à la privatisation des secteurs russes de l’énergie. Le cadet aurait remercié son aîné en cautionnant l’achat du château de la Garoupe". (La Provence)

La justice marseillaise a procédé à des saisies de biens et de fonds pour un montant total supérieur à 74 millions, plus quelques frais pour la gestion de la propriété. 

Pour le parquet, le château de la Garoupe a bien été acquis avec de l'argent frauduleux.

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus