Pas encore de rentrée au collège pour les élèves 4e et de 3e : réactions par “Snap” d'ados frustrés ou ravis

Le gouvernement se prononcera "fin mai" sur la réouverture des classes de 4e et 3e au collège... En attendant, ordinateur et smartphone sont les "copains" de remplacement. / © ALH FTV
Le gouvernement se prononcera "fin mai" sur la réouverture des classes de 4e et 3e au collège... En attendant, ordinateur et smartphone sont les "copains" de remplacement. / © ALH FTV

C'est au tour des collègiens de reprendre le chemin des établissements ce lundi 18 mai. Les élèves de 6e et 5e font leur retour en classe en région PACA, mais les autres niveaux non. Réactions par "Snap" d'ados frustrés ou ravis...

Par Anne Le Hars

Louise et ses copines, pardon "ses potes", s'interrogent ce lundi 18 mai. Alors que les élèves de 6e et de 5e sont de retour dans les collèges, ceux de 4e et de 3e sont encore à la maison : "Pourquoi on nous a rien demandé à nous ? Moi, j'ai prévu de revenir, mais on ne sait pas quand !", constaste, déçue, cette jeune Antiboise.

Depuis ce lundi matin, ça tchate dur et vite sur les réseaux sociaux. Sur Snapchat, toutes les deux secondes à peine, un message, un "ding", une notification... Les vocaux se succèdent :

"Moi, je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas reprendre aujourd'hui... Après, c'est différent, on est plus grands et on est plus réglos sur les devoirs et tout que les 6e..." - Clémence.

Lilou, elle, y voit une forme de protection : "je pense qu'ils croient nous protéger et en plus je ne pense pas que beaucoup d'enfants viendraient. Moi, mes parents ont accepté mais pour d'autres je sais pas..."

Dans leur groupe d'adolescents, encore un Snap, c'est celui de Bastien :

"Ben moi, ça m'arrange..." dit Marie. "En fait, c'est bien qu'ils ne fassent pas rentrer tout le monde en même temps", selon elle. "Moi, je trouve ça nul de faire reprendre les collégiens mais pas les universités alors qu'ils en ont plus besoin que nous, je crois !"

Emma : "Je ne trouve pas cela très logique... Mais ce qui est bien, c'est que l'école n'est pas obligatoire. C'est un bon point".

Aliénor s'invite dans la conversation, en 4e aussi, elle est seule à la maison alors que ses parents retravaillent, elle commente :
Alicia n'est pas de cet avis, son smiley fait grise mine : "Je pense que de ne pas reprendre l'école ce n'est pas plus mal même si on va avoir beaucoup de lacunes l'année prochaine... Moi je ne reprendrai pas l'école sauf si les cours par internet sont arrêtés.

Après, pour ne pas surcharger les classes, les cantines et les cours de récréation, il vaut mieux ne pas mettre tous les élèves en même temps.

"Même si on fait attention, dans la vie de tous les jours, c'est compliqué, dans un collège où il y a plus de 400 élèves, de ne pas se toucher. Même si pleins de précautions sont prises, c'est difficile de revoir tous ses amis et de ne pas les prendre dans les bras. L'école me manque un peu parce que les cours par correspondance sont pas identiques à ceux de la salle de classe où les professeurs nous expliquent vraiment tout..."

Clémence trouve elle "que ça ne sert à rien d'aller en cours si ce n'est même pas pour un mois !"
Les collégiens en télétravail depuis le 16 mars. / © ALH - FTV
Les collégiens en télétravail depuis le 16 mars. / © ALH - FTV

"C'est mieux de travailler par Internet finalement car on prend moins de risques... Et puis, on voit les profs et les amis en visio... C'est amusant" pour Emma.

Le gouvernement se prononcera "fin mai" sur la réouverture des classes de 4e et 3e au collège, après l'obtention de "garanties totales" sur le plan sanitaire lié au coronavirus, avait expliqué il y a quelques jours le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.

Pour Quentin Demoures, directeur du collège Notre-Dame de la Tramontane à Juan-Les-Pins, "c'est en effet compliqué d'imaginer cette nouvelle rentrée... Nous devons prévoir les nouveaux plannings des 10 classes de 4e et 3e, sans vraiment savoir qui va revenir et si un retour est réellement prévu par le ministre..."
Ce chef d'établissement privé sous convention envisage de réserver les après-midi à ces adolescents, les matinées étant dorénavant le temps consacré par les professeurs aux jeunes de 6e et de 5e.

"Ce lundi, tout s'est bien passé ! Les classes de 15 élèves sont en place, les gestes respectés... Je suis soulagé !" - Quentin Demoures.

Ce 18 mai au collège Niki de Saint Phalle à Valbonne. / © Eric Jacquet FTV
Ce 18 mai au collège Niki de Saint Phalle à Valbonne. / © Eric Jacquet FTV

185.000 collégiens des "zones vertes"

Seuls les établissements de "zone verte" ont repris : 185.000 élèves ont mis le réveil ce lundi en France. Tous doivent se plier à des règles sanitaires draconiennes, dont le port obligatoire du masque dans les salles de cours, pour éviter tout rebond de l'épidémie, qui a tué plus de 28.000 personnes en France depuis le 1er mars.

Malgré les réserves, le gouvernement continue de défendre ce redémarrage pour renouer avec les quelque 500.000 élèves ayant décroché pendant le confinement.
 

"Il faut en quelque sorte réhabituer la société à aller à l'école", a résumé ce lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer sur RTL.

"C'est tout à fait essentiel que nos enfants ne doivent pas être une victime collatérale des conditions sanitaires".

Des résurgences de l'épidémie ont parfois grippé le redémarrage. Une école à Nice est de nouveau fermée après qu'un élève a été testé positif.

Au total, quelque 70 cas ont été détectés dans les 40.000 écoles ayant rouvert, a indiqué M. Blanquer, qui voit dans les fermetures le signe de l'application "stricte" du protocole sanitaire. "Presque à chaque fois, ce sont des cas qui se déclarent à l'extérieur de l'école", a-t-il ajouté.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus