Les sauvetages en mer multipliés par trois cet hiver en Méditerranée, la préfecture maritime appelle à la prudence

Ce mardi 9 février, deux personnes en paddle ont été sauvées par les secouristes en mer. Dérivant à plus d'un mile nautique au large d'Antibes, paniquées, elles ont échappées au drame grâce notamment à leur téléphone. Le CROSSMED rappelle les bonnes pratiques en cette période de vacances.

 

Un couple dérivant en paddlle sauvé au large d'Antibes-Juan-Les-Pins, le CROSSMED appelle à la prudence.
Un couple dérivant en paddlle sauvé au large d'Antibes-Juan-Les-Pins, le CROSSMED appelle à la prudence. © Anne Le Hars FTV

Deux paddles en difficulté dérivant vers le large, ont échappé au drame ce mardi 9 février. A 13h48, l'alerte est donnée. "Parti du port d'Antibes dans les Alpes-Maritimes, ce couple a téléphoné directement aux sapeurs-pompiers, quand poussé par le vent, il n'arrivait plus à revenir vers la côté", nous a précisé l'officier du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en Méditerranée CROSSMED basé à La Garde.

Le couple en panique, était à près d'un mile nautique (1,852 km) du rivage poussé par un vent de Sud-Est force 7 accompagné de rafales.

Ils on téléphoné à plusieurs reprises, ce qui nous a permis de calculer qu'en seulement 6 minutes, entre deux appels, ils avaient parcouru plus de 300 mètres !

l'officier de permanence du CROSSMED.

C'est la vedette de sapeurs-pompiers du Port Vauban d'Antibes qui est partie sur zone. "C'est grâce à leur téléphone et à l'application AML qu'ils ont été localisé. Dans les conditions météo du moment, ils risquaient de partir vers Saint-Jean Cap Ferrat ou loin, très loin en mer..." toujours selon le CROSSMED.

L'AML est un service de géolocalisation automatique des appels d’urgence.

Sains et saufs, l'homme et la femme étaient paniqués, criaient et ont reconnu ne pas avoir consulté les prévisions météorologiques avant leur sortie.

"Sans leur téléphone, ils risquaient le pire..."

Pour ce secouriste, les vacanciers et les novices se croient en sécurité près des côtes, ne voient pas le risque d'un vent changeant. "Ces engins gonflables dérivent très vite, c'est aussi le cas des windfoils et des kitesurfs que le l'on voit de plus en plus vers Cannes et Juan-les-Pins notamment".

Les miraculés n'avaient pas non plus d'expérience.

Depuis quelques jours, nous constatons de plus en plus de novices sur l'eau. La semaine dernière, c'est à Villefranche-sur-Mer que nous avons sauvé des personnes. Une nouvelle fois, grâce à leur téléphone portable,

l'officier du CROSSMED.

Le 29 janvier dernier, le vent était aussi fort en baie de Juan-les-Pins pour s'adonner aux sports nautiques comme le windfoil : 

Des chiffres qui explosent

La préfecture maritime de la Méditerranée précise qu'en ce début 2021, les opérations de sauvetage en mer ont triplé par rapport à l'année dernière à la même période. 

► 197 opérations ont été comptabilisées ( au 9 février) contre 70 en moyenne les autres années. 
► 140 ont nécessité une coordination de moyens.

La typologie des incidents/accidents met en évidence :

► Une explosion des événements liés aux loisirs nautiques (paddle, planche à voile, plongée, apnée, kayak, kitesurf, baignade), soit 43% de l’activité (contre 20% en temps normal).
► Une nette augmentation des événements liés à la plaisance (43,6%).

La préfecture maritime rappelle que ces opérations de sauvetage sont rendues plus compliquées en raison de l'hiver. Il y a souvent du vent qui provoque une houle quasi permanente qui fait dériver très vite. La nuit arrive plus tôt, le crépuscule diminue la visibilité, et dans la journé, même s'il fait beau, la température de l'eau est aux alentours de 12 degrés. L'hypothermie arrive rapidement !

En guise d’exemple, on peut citer le sauvetage le 9 février dernier de deux personnes en paddle au large d’Antibes. Alors que les secours les prennent en charge en moins de 30mn, les usagers sont déjà en hypothermie.

Préfecture maritime de la Méditerranée

Les conseils

Avant toute sortie en mer :

► Vérifiez la météo
► Pas de sortie sans une très bonne condition physique
► Vérifiez le matériel de sécurité
► Prévenez un proche du lieu, de l'heure et de la nature de votre activité

Comment donner l'alerte ?

Si vous êtes en mer, ou sans nouvelle de personnes parties en mer, il faut appeler le 196. Vous serez directement mis en relation avec le CROSSMED, qui coordonne les moyens d'intervention pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, notamment avec les sapeurs-pompiers les plus proches de la zone.

J’appelle le 196, en cas de situation de détresse ou d'urgence en mer, en cas d'inquiétude pour une personne se trouvant en mer et n'ayant pas donné de nouvelles, ou pour tout fait observé en mer qui semble anormal.... etc.

Ce qu'il faut dire :

Une fois en contact avec un secouriste, il est important de pouvoir donner les informations les plus précises possibles pour faciliter et accélérer l'intervention éventuelle des secours. Il tout de suite préciser  :

► Etes-vous victime ou témoin ? Donnez un numéro de téléphone où on peut vous rappeler. 
► Quelle est l'adresse précise de l’endroit où les secours doivent intervenir ?
► Quels sont les raisons de votre appel ?

Enfin, ne raccrochez jamais avant que votre interlocuteur ne vous le dise. Donc, quand on part en mer, on part avec un téléphone chargé pour être en sécurité et on regarde si le bulletin météorologique est favorable.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
méditerranée mer nature sports nautiques sport faits divers