Après avoir été au projeté à Cannes, la série ukrainienne "In her car", sort sur la plateforme de France Télévisions

La série ukrainienne "In her car", tournée dans le pays en guerre, sera proposée sur France.tv ce mercredi puis sur France 2. Deux ans après l'invasion russe du pays elle est basée sur des histoires vraies d'Ukrainiens. Il s'agit d'une série de 10 épisodes de 25 minutes réalisés par Eugen Tunick.

Sorte d'"En thérapie" officieuse en voiture, "In her car" s'inspire d'événements vécus par les Ukrainiens au début de l'invasion russe du 24 février 2022, à travers l'histoire de Lydia (Anastasia Karpenko), une psychologue conduisant des réfugiés loin des combats tout en recueillant leurs confidences.

Créée par Eugen Tunik, cette fiction de 10 épisodes de 25 minutes est co-produite par Starlight Media, société basée à Kiev, et par Gaumont, grâce à l'association avec France Télévisions, ZDF (Allemagne), SVT (Suède), RUV (Islande), NRK (Norvège), DR (Danemark), YLE (Finlande) et la SRF (Suisse).

Les cinq premiers épisodes seront mis en ligne ce mercredi sur France.tv et sur les plateformes de ces médias publics, couvrant quelque 185 millions d'Européens.

Dès ce mercredi 21 février sur France.tv et lundi 26 février sur France 2

Le projet avait été dévoilé l'an dernier au Mipcom à Cannes, plus grand marché international de contenus audiovisuels, illustrant la résilience de l'industrie télé ukrainienne.

Le tournage avait démarré en mars 2023, dans des lieux tenus secret, à Kiev et dans ses environs, sur des plateaux près d'abris anti-bombes.

Le rôle principal est tenu par Anastasia Karpenko, Prix d’interprétation féminine au Festival de Locarno 2022 pour How is Katia ?

Je ne voulais pas faire une série de propagande" mais "dire la vérité"

commente Eugen Tunik, qui a lui-même arrêté de parler russe après l'invasion.

C'était crucial pour moi de tourner en Ukraine, pas parce que je suis fou, mais pour montrer la vie telle qu'elle était au début de la guerre" et "parce qu'on peut le faire"

 expliquait l'année dernière Eugen Tunik. 

"Cela aurait été tellement compréhensible que la série" soit emplie de haine envers la Russie mais, "à aucun moment, Eugen n'est tombé dans ce piège", faisait valoir Andreas Bareiss, producteur pour Gaumont en Allemagne. 

À l'occasion des deux ans de la guerre en Ukraine, France Télévisions proposera sur sa plateforme et ses antennes une palette de reportages, documentaires et fictions.