Cet article date de plus de 4 ans

Au total, 9 communes des Alpes-Maritimes prennent un arrêté anti-burkini

Les mairies de Villefranche-sur-Mer, Eze, Beaulieu-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat et Menton ont annoncé leur décision d’interdire le port du burkini sur les plages. En tout, neuf communes de la Côte d’Azur ont pris des décisions similaires.
Illustration.
Illustration. © FADEL SENNA / AFP
Après Mandelieu-la-Napoule, Cannes, Villeneuve-Loubet et Cap d’Ail, quatre nouvelles communes des Alpes-Maritimes ont annoncé leur volonté d’interdire le burkini, cette tenue de bain couvrante, sur leurs plages : de Villefranche-sur-Mer, Eze, Beaulieu-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat et Menton.

Dans le département, Mandelieu-la-Napoule avait, depuis juillet 2013, pris la décision d’interdire de les tenues de bain couvrantes appelées « burkini » sur ses plages.


En attente d'une décision du Conseil d'Etat

Mais c’est la mairie de Cannes qui a fait des émules en prenant le même arrêté municipal le 27 juillet 2016. Encouragées par une décision du tribunal administratif du qui jugeait cet arrêté légal, plusieurs communes ont suivi : Villeneuve-Loubet et Cap d’Ail, pour les Alpes-Maritimes. Ailleurs, à Leucate (Aude), Le Touquet et Oye-Plage (Pas-de-Calais) et Sisco (Haute-Corse).

Le Conseil d’Etat doit se prononcer dans les prochains jours pour valider ou non ces arrêtés.

Carte des communes ayant pris des arrêtés municipaux réglementant la tenue vestimentaire sur leurs plages dans le 06 et le 83

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société politique mer sorties et loisirs burkini