• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Cellule islamiste de Cannes/Torcy: un 9 ème suspect déféré à la justice

Présentation d'un homme à un juge antiterroriste dans l'enquête sur la cellule islamiste démantelée le 6 octobre et soupçonnée notamment de l'attentat contre un commerce casher de Sarcelles (Val d'Oise) en septembre.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

Cet homme, dont l'identité n'a pas été précisée, est le frère aîné d'une des huit personnes mises en examen et écrouées dans ce dossier, a-t-on précisé confirmant une information d'Europe 1.
Comme d'autres membres présumés de cette cellule, notamment celui qui est présenté comme le suspect principal Jérémy Bailly, il s'agit d'un converti, a précisé à l'AFP la source judiciaire.
Des documents "à connotation jihadiste" ont été trouvés à son domicile lors de son interpellation en début de semaine.
Lors du démantèlement de la cellule, un autre converti, Jérémie Louis-Sidney avait été tué à Strasbourg par la riposte de policiers sur lesquels il avait tiré alors qu'ils venaient l'arrêter le 6 octobre.
L'homme déféré pourrait être mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. Le parquet a réclamé son placement en détention.
Décrite par le procureur de Paris François Molins comme le "groupe terroriste (...) probablement le plus dangereux mis au jour depuis 1996 en France", cette cellule est soupçonnée d'avoir envisagé la préparation d'actes terroristes sur le territoire français et d'avoir, pour partie, souhaité partir faire le jihad dans des zones de combat.
Ses membres présumés ont été interpellés à Cannes (Alpes-Maritimes) et Torcy (Seine-et-Marne).

L'enquête avait été déclenchée par l'attentat de Sarcelles qui avait fait un blessé léger le 19 septembre. Dans un box dont la clé a été trouvée chez Jérémy Bailly, a été découvert du matériel pouvant servir à la confection d'engins explosifs. Les investigations n'ont pas encore permis de déterminer si, parmi les huit suspects écroués, figurent les deux personnes qui ont jeté le 19 septembre la grenade dans l'épicerie casher de Sarcelles. 

Sur le même sujet

Interview du colonel Jacques Baudot, SDIS 83

Les + Lus