Coronavirus - De Cannes à Monaco, les intermittents du spectacle frappés par les événements annulés notamment

L'annulation de tous les festivals et événements prévus ces prochains mois dans les Alpes-Maritimes prive de travail des milliers d'intermittents du spectacle.

Caméramen, ingénieurs du son, techniciens audiovisuels : les intermittents de l'événementiel subissent de plein fouet les annulations.
Caméramen, ingénieurs du son, techniciens audiovisuels : les intermittents de l'événementiel subissent de plein fouet les annulations. © Alberto PIZZOLI / AFP
"2020 va être une année blanche, ça ne reprendra pas avant janvier ou février". Alexa ne se fait aucune illusion : le coronavirus va ruiner son année.
"Depuis l'annulation de la dernière soirée du Carnaval de Nice, fin février, je n'ai plus bossé. Et là, tous les événements sur lesquels je devais bosser jusqu'à fin juin sont annulés" explique cette caméraman exerçant "de Monaco à Cannes".

On lui a bien proposé le tournage d'un documentaire sur des ambulanciers dans les Alpes-Maritimes, mais impossible d'accepter pour cette mère célibataire qui a un enfant à garder à la maison pour cause d'école fermée.

"La saison est foutue"

Même constat pour Ludo : cet ingénieur du son installé à Callian dans le Var estime qu'il a déjà perdu 3 à 4.000 euros de revenus, et ça ne va pas s'arranger. "Le Cannes Lions définitivement annulé, le Mipim, plein d'événements sur lesquels je devais bosser, la saison est foutue."

Une perte financière qu'il relativise : "On n'est pas les plus a plaindre. Moi je bosse depuis onze ans, j'ai suffisamment de contacts pour retrouver du boulot. Pour les jeunes qui débutent c'est plus difficile".

-60% de chiffre d'affaires

Pour les entreprises aussi, le choc est brutal. Chez One Way, une société de production audiovisuelle basée à Cannes et Avignon, le chiffre d'affaires a plongé de 60% en mars, et ce sera pire dans les prochains mois : "Mai et juin sont nos deux plus gros mois avec le Festival de Cannes, le Midem, le Cannes Lions ou encore le festival de télévision de Monte-Carlo".

Seule maigre compensation, l'actualité autour du coronavirus apporte un peu de travail.

Nous avons des moyens de diffusion en direct qui nous permettent de travailler pour les chaînes de télévision internationales" - Cyril Jeanjean.


En attendant une reprise de l'activité en 2021, les intermittents ne peuvent compter que sur les mesures exceptionnelles décidées par le gouvernement.
Il a pour l'instant annoncé la poursuite de l'indemnisation pour ceux arrivant en fin de droits durant la période de confinement, et le "gel" de toute la période de confinement.
Une mesure qui prolongera la durée autorisée pour valider leurs 507 heures travaillées, exigées pour avoir droit au régime d'indemnisation des intermittents du spectacle.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus société emploi économie spectacle vivant culture festival événements sorties et loisirs festival de cannes cinéma
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter