David Lisnard écrit à Olivier Véran pour protester contre la baisse du nombre de vaccins livrés dans les Alpes-Maritimes

Le maire de Cannes a écrit une lettre au ministre de la Santé le vendredi 15 janvier, dans laquelle il s'indigne du tournant que prend la stratégie vaccinale. Il dénonce une baisse du rythme de livraison des doses de vaccin contre le Covid-19 dans les Alpes-Maritimes.

Le maire de Cannes a écrit une lettre au ministre de la Santé pour dénoncer la baisse de doses de vaccin livrées dans son département.
Le maire de Cannes a écrit une lettre au ministre de la Santé pour dénoncer la baisse de doses de vaccin livrées dans son département. © Sébastien Nogier / MaxPPP

Si le rythme de livraison de vaccins dans les Alpes-Maritimes continue de baisser, il faudra deux mois pour vacciner les personnes de plus de 75 ans à Cannes. "C'est inenvisageable et bien évidemment insuffisant", dénonce David Lisnard, le maire de la ville, dans une lettre envoyée au ministre de la Santé Olivier Véran le vendredi 15 janvier.

Alors qu'Olivier Véran a annoncé le jeudi 14 janvier l'ouverture de la vaccination aux personnes présentant des pathologies à risques, le maire de Cannes rapporte une incohérence dans la stratégie vaccinale. "Les communes, opérationnelles depuis plusieurs semaines et qui assument en première ligne la vaccination, sont forcées de décélérer les prises de rendez-vous, voire sont contraintes de fermer leurs centres, faute d'assurance sur la disponibilité pérenne et la livraison des doses de vaccin", écrit-il.

Cela fait suite à l'annonce le vendredi 15 janvier d'un retard de livraison de la part du laboratoire Pfizer, qui produit les vaccins. En cause, l'usine belge où les vaccins sont produits, doit faire des travaux.

Moins de 5000 doses livrées par semaine dans les Alpes-Maritimes

Il explique qu'à Cannes, ils seraient capables de vacciner 1000 personnes par jour mais ils doivent se contenter de 300 personnes, sur ordre de l'Agence Régionale de Santé (ARS) qui leur a imposé cette limite quotidienne. Cela est lié à la baisse de la "dotation initiale" qui "ne sera plus respectée au vu des livraisons hebdomadaires prévues pour les Alpes-Maritimes (moins de 5 000 doses)", détaille M. Lisnard.

Cela revient à 200 doses quotidiennes pour la ville de Cannes. C'est dans ce cas où le maire anticipe qu'il faudra alors deux mois "pour vacciner uniquement les 10 000 Cannois âgés de plus de 75 ans". Le maire de Cannes demande au ministre de la Santé "d'augmenter les volumes de livraisons des doses vaccinales, de lever les restrictions d'attribution et plus généralement tous ces obstacles majeurs qui ne nous permettent pas ni d'accélérer la vaccination comme vous l'avez pourtant annoncé, ni de répondre dans de bonnes conditions à cet enjeu vital de santé publique".

0,5% de la région déjà vaccinée

La région PACA est l'une des régions qui a le taux de personnes vaccinées le plus faible en France. Le vendredi 15 janvier, 0,5% de la population de la région PACA était vaccinée (soit 25 510 personnes). Tandis que dans les autres régions, ce taux est plus important : en Normandie, 0,88% de la population est vaccinée, en Bourgogne-Franche-Comté, 0,81% et en Nouvelle Aquitaine 0,70%.

Finalement, dans un communiqué distribué le samedi 16 janvier, le laboratoire Pfizer annonce un retour à la normale "à partir de la semaine du 25 janvier" et même "une augmentation des livraisons à compter de la semaine du 15 février". Le laboratoire dit même avoir "développé un plan qui permettra d'augmenter les capacités de fabrication en Europe et de fournir beaucoup plus de doses au deuxième trimestre".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins