Festival de Cannes 2023 : quatre questions sur l'altercation entre Thierry Frémaux et un policier municipal devant le Carlton

La vidéo de l'altercation nocturne entre le délégué général du Festival de Cannes et un policier municipal a fait plus de 3 millions de vues. Circonstances, réactions, on vous décrypte l'affaire.

C'est une vidéo amateur qui est en train de devenir l'une des polémiques de ce 76e Festival de Cannes. On y voit Thierry Frémaux, délégué général du Festival, aux prises avec un policier municipal. Postée sur Twitter par un ancien journaliste controversé de Cnews et Sud Radio, samedi 20 mai, à la mi-journée, elle cumule déjà plus de deux millions de vues en moins de 24 heures.

France 3 Côte d'Azur revient sur cette altercation étonnante en pleine Quinzaine.

  • Quand a eu lieu cette altercation ?

La scène se déroule sur la Croisette, devant l'hôtel Carlton, à 2 heures du matin dans la nuit de mercredi à jeudi 18 mai. Selon la mairie de Cannes, Thierry Frémaux vêtu d'un smoking arrive à vive allure sur un vélo électrique. Un policier municipal lui demande de s'arrêter, puis lui court derrière.

Le délégué général, doigt pointé sur le policier, lui reproche de l'avoir "bousculé", et même "frappé". L'agent le repousse des deux mains et lui rétorque que quand il demande de s'arrêter, il doit obtempérer.

À chaud, sur la vidéo, Thierry Frémaux menace le policier municipal de ne pas en rester là : "je vais porter plainte !" Mais la tension serait rapidement retombée.

  • Comment réagit le Festival ?

Face à l'ampleur prise par cette séquence diffusée sur les réseaux sociaux, le Festival a fini par réagir. "Dans les minutes qui ont suivi, une explication franche et cordiale a eu lieu, mettant ainsi fin à l’échange. Le chapitre est clos", a assuré à France 3 Côte d'Azur la communication du Festival, samedi soir.

Ce lundi 22 mai, les organisateurs ont posté ce message sur leurs réseaux sociaux :

  • Quelle est la position de la municipalité ? 

"C'est un non-sujet, un coup de pression comme il en arrive dix fois par jour à Cannes pendant le Festival, tempère une porte-parole de la mairie de Cannes. Le policier a très bien fait son travail, Thierry Frémaux lui a serré la main, tout s'est bien terminé."

De son côté, le maire de Cannes, David Lisnard, n'a pas explicitement réagi, mais il a tout de même posté un message général, samedi, pour saluer le professionnalisme de la police municipale de la commune.

  • Comment réagit le syndicat des policiers ?

Ce dimanche, dans un communiqué, le syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM) "condamne fermement l'attitude de Thierry Frémaux" : "en France nul n'est au-dessus des Lois, pas même le Délégué général du Festival de Cannes. Le SDPM exige des excuses publiques".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité