Festival de Cannes. A la 75e minute du film « Falcon Lake » de Charlotte Le Bon avec Joseph Engel et Sara Montpetit

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nathalie Hayter & Anne Le Hars

Durant ce 75e Festival de Cannes, la rédaction de France 3 Côte d'Azur vous propose d'évoquer les long-métrages en faisant une pause sur la 75e minute des films. Projeté ce 22 mai, le film « Falcon Lake » de Charlotte Le Bon avec Joseph Engel et Sara Montpetit. Un film à la Quinzaine des réalisateurs.

C’est un hasard, mais la 75e minute du film "Falcon Lake" est un clip !

Aucun dialogue, juste des images qui défilent au son du piano. Deux adolescents jouent dans l’herbe, c’est l’été, la prairie est bordée de coquelicots. Puis ils sont au bord d’un lac, le fameux Falcon Lake... Au cœur de la forêt québécoise. Les deux jeunes s’aspergent d’eau, riant à gorge déployée.

Jeux d’enfant ? Pas totalement car à respectivement 14 et 16 ans, Bastien et Chloé sont à la frontière de l’enfance.

Elle, est plus mûre bien sûr, encore gamine avec cet ado français venu passer ses vacances au Québec, femme déjà, avec les grands qui lui tournent autour. Elle en joue la coquine, jolie comme un cœur, formée comme une sirène, Bastien en est raide dingue, prêt à toutes les humiliations pour que Chloé le remarque.

"Falcon Lake" est le premier film signée Charlotte le Bon, comédienne issue de la Belle Province que la France a adoptée il y a une dizaine d’années.

Un premier long-métrage donc, mais déjà très maîtrisé. Gestes, regards, désir, maladresses…

L’adolescence à l’état pur et magnifiée par l’image. "Falcon Lake" est tirée d’une bande dessinée signée Bastien Vivès dont l’intrigue se passe en Bretagne.

Charlotte Le Bon la transpose dans son pays natal, la mer devient un lac, le Golfe du Morbihan Les Laurentides.

La jeune réalisatrice y a mis apparemment beaucoup d’elle, et ça se sent, récit initiatique tout en finesse avec un je ne sais quoi de très mélancolique.

Cette 75e minute rieuse et musicale est une parenthèse de bonheur, au cœur d’un été brûlant.

Tout savoir sur le film

Le film est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes.

Charlotte Le Bon est une adepte du cinéma de genre, elle écrit et réalise Judith Hotel, présenté à Cannes en 2018. 

Falcon Lake est son premier long métrage avec Joseph Engel (Bastien), Sara Montpetit (Chloé), Monia Chokri (Violette), Arthur Igual (Romain), Karine Gonthier-Hyndman (Louise), Thomas Laperrière (Titi), Anthony Therrien (Oliver), Pierre-Luc Lafontaine (Stan), Lévi Doré (Paul) et Jeff Roop (Bryan).

Une histoire inspirée de la BD de Bastien Vivès "Une soeur", dans laquelle Charlotte Le Bon a ajouté une atmosphère mystique. "J'y ai injecté de l'étrange, il y a une morbidité planante dans le film", a-t-elle expliqué après la projection à Cannes,
lors d'un échange avec le public.

J'ai été mise en contact très jeune avec la mort et pour moi c'est devenu quelque chose de familier, presque rassurant

a-t-elle ajouté.

L'inquiétude qui règne dans le film est amplifiée par les paysages québécois, "très ambivalents" selon elle.

Le film doit sortir en salles en France cette année.