Joséphine Baker va entrer au Panthéon ce 30 novembre, mais son corps restera à Monaco

L'illustre chanteuse et danseuse franco-américaine, qui repose à Monaco depuis 1975, fera son entrée au Panthéon le 30 novembre prochain. L'artiste, qui a milité toute sa vie pour la liberté et l'égalité, s'était prise d'affection pour la Côte d'Azur.

Elle était l'une des étoiles qui ont fait briller la Côte d'Azur. Joséphine Baker entrera au Panthéon le 30 novembre prochain.

Cette décision vient d'être validée par l'Elysée. Elle fait suite à une demande de la famille Baker, amorcée en 2013 et soutenue par plusieurs acteurs du milieu culturel. Lancée il y a deux ans, une pétition en faveur de la panthéonisation de la vedette avait par ailleurs recueilli près de 40 000 signatures.

Une personnalité engagée

Née en 1906 à Saint-Louis dans le Missouri (Etats-Unis), la célèbre chanteuse, danseuse et meneuse de revue franco-américaine a milité toute sa vie pour la liberté et l'égalité. Figure de la Résistance et de la lutte antiraciste, elle s'est battue aux côtés de Martin Luther King et de la Lica (Ligue internationale contre l'antisémitisme), qui deviendra la Licra par la suite. 

En 1947, elle épouse le compositeur et chef d'orchestre français Jo Bouillon. Dans le même temps, elle acquiert une grande propriété en Dordogne, le château des Milandes, et adopte douze enfants de plusieurs nationalités différentes. Elle parle avec fierté de sa "tribu arc-en-ciel" et file un bonheur parfait.

Roquebrune-Cap-Martin, l'oasis de Joséphine Baker

Mais au début des années 60, tout s'écroule. Joséphine Baker divorce et croule sous les dettes. En 1969, la chanteuse est expulsée de son château et peine à subvenir à ses besoins et à ceux de ses enfants.

Le monde de la culture est sous le choc. L'actrice Brigitte Bardot lance même un appel pour aider la star du music-hall à s'en sortir : "J'estime que cette femme a eu beaucoup de courage dans sa vie et a toujours été très généreuse. En ce moment, nous ne devons pas la laisser dans cette situation", s'émeut-elle à la télévision.

C'est alors que la princesse Grace de Monaco, amie et compatriote de Joséphine Baker, lui tend la main. Elle lui offre une propriété à Roquebrune-Cap-Martin et l'invite régulièrement en Principauté. Pour la Franco-Américaine, c'est la renaissance. Dans cette jolie villa Maryvonne, elle se plaît, se reconstruit et reçoit ses amis, notamment l'écrivain et militant noir-américain James Baldwin, installé à Saint-Paul-de-Vence.  

Dans ce reportage de France 3 Côte d'Azur, tourné en 2019, son fils Luis Bouillon revient sur ces années azuréennes.   

Souvenirs du 27e Festival de Cannes

En 1974, la Franco-Américaine assiste à la clôture du 27e Festival de Cannes. Interviewée à l'époque par Inter actualités, elle s'extasie sur le film "S Pions" d'Irvin Kershner qu'elle vient de visionner. "Fantastique, fantastique ! C'était la toute première fois, je n'ai jamais été à la clôture. (...) Le film était fantastique !"

Et quand le journaliste Gilbert Picard lui demande si le showbiz lui manque, elle répond malicieusement : "Je suis toujours sur scène, mais dans la vie !"

A Cannes, une jetée au nom de Joséphine Baker vient tout juste d'être inaugurée en juillet 2021. Elle offre une vue à 360° sur la baie, un havre de paix que l'étoile a sans doute eu un jour le plaisir de contempler.

Sixième femme à entrer au Panthéon

Après ses années de galère, la star tient à éponger ses dettes et reprend peu à peu le chemin des planches. Elle trouve la mort le 12 avril 1975 à Paris, à l'âge de 68 ans, alors qu'elle est en tournée. Des obsèques sont organisées une semaine plus tard à l'église Saint-Charles de Monte-Carlo.

Son corps repose depuis au cimetière de Monaco, aux côtés de celui de Jo Bouillon. Il le restera.

Cette "entrée" se concrétisera par un cénotaphe (une statue ou plaque funéraire sans le corps du défunt, NDLR).

La corps de l'artiste restera en effet à Monaco. "Afin de préparer la cérémonie, le Panthéon est fermé du lundi 22 novembre au vendredi 3 décembre inclus", précise le Centre des Monuments nationaux, dans un communiqué et sur son site.

Plus de 45 ans après son décès, Joséphine Baker va "rejoindre" la nécropole laïque des "grands hommes" français et obtenir la reconnaissance toute entière de la patrie.

Seules cinq femmes figurent à ce jour parmi les 80 personnalités panthéonisées. L'interprète de "J'ai deux amours" sera la sixième. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de cannes cinéma culture musique danse décès faits divers panthéon histoire patrimoine portrait