Les méga yachts sont de retour à Cannes

Festival du film de Cannes oblige, les luxueux yachts pullulent depuis quelques jours aux abords de Cannes et Antibes.

Il n’y a pas que Canua Island qui fait des vagues sur la Côte d’Azur actuellement. Alors que la barge plage-flottante vient de faire un bref – mais très remarqué - passage en baie de Mandelieu, avant de rejoindre son port d’attache de la Seyne-sur-Mer (Var), les grands yachts affluent aux abords de Cannes à l'occasion du 77e festival du film.

Renaissance, le géant flambant neuf

Après une courte halte à Saint-Jean-Cap-Ferrat, où il a mouillé jeudi matin à l’aube dans la baie des fourmis escorté par une pilotine du port de Nice, Renaissance à navigué jusqu’à Cagnes-sur-Mer et Antibes avant d’arriver aux abords de la Croisette.

Ce yacht est un monstre de 112 mètres de long pour plus de 7000 tonnes. Il peut accueillir 36 invités, pris en charge par 44 membres d’équipage. Un géant flambant neuf, puisqu’il est sorti des chantiers navals l’an dernier.

Sa valeur sur le marché avoisinerait les 200 millions de dollars ! Il est proposé à la location à partir de 3,5 millions la semaine en haute saison.

Remus, hélicoptère compris

Juste sous la barre des 100 mètres de long, Remus (96 mètres) reste un méga yacht remarquable et remarqué depuis deux jours entre Antibes, Golfe-Juan et l’Île Sainte-Marguerite à Cannes. Difficile de trouver des informations sur ce navire dont la ligne se caractérise par une étrave verticale.

Il pourrait accueillir 22 passagers, qui peuvent arriver à son bord par la terre, la mer… mais aussi par les airs puisqu’il disposerait de son propre hélicoptère Airbus H145 (le même modèle que les hélicoptères Dragon rouge et jaune de la Sécurité civile) et de son indispendable hélipad pour se poser.

Lady S, pour les amateurs de cinéma

Observé près de l’Île Sainte Marguerite, Lady S ressemble comme deux gouttes d'eau à Remus, dans des proportions très légèrement inférieures (93 mètres de la proie à la poupe tout de même).

Ce navire, livré en 2019, est capable d’accueillir dans un confort exceptionnel 12 invités dans 6 suites, pour une facture d'environ 1,6 million d’euros par semaine (hors extras).

Son "petit" plus pour les amateurs de 7e art : Lady S est équipé d'une véritable salle de cinéma à deux étages répondant à la norme Imax, qui promet une expérience exceptionnelle.

Ecstasea, l’ancien yacht surmotorisé d’Abramovitch

Il a déjà 20 ans et fait toujours sensation : l’Ectasea, ancien yacht de l’oligarque russe Roman Abramovitch qu'il a vendu 200 millions de dollars en 2013, est de retour à Cannes.

Un navire de 86 mètres de long qui se démarque par ses performances encore aujourd’hui : ses quatre moteurs délivrant plus de 12 000 chevaux, sont couplés à une turbine à gaz capable de fournir plus de 30 000 chevaux supplémentaires !

Une sur-motorisation qui permet à ce monstre de 585 tonnes de filer sur l’eau à 30 nœuds (55 km/h), soit 50% plus vite que ses concurrents.

Aalto, la coque bleue du Pdg d'ArcelorMittal

La coque bleue marine longue de 80 mètres pour 14 mètres de large de Aalto a aussi pris ses quartiers près de Cannes.

Estimé à 125 millions dollars (avec un coût annuel de 12 millions), ce motoryacht construit en 2007 est la propriété du milliardaire indien Lakshmi Mittal, Pdg d'ArcelorMittal, la plus grande entreprise sidérurgique au monde.

Grand luxe... et grande pollution

La présence de ces navires de grand luxe fait rêver certains, mais elle est aussi de plus en plus contestée. D'une part parce que les retombées économiques de ces visiteurs sont relativement faibles, ces grandes unités fonctionnant la plupart du temps en totale autonomie sans ravitaillement local, mais aussi en raison des atteintes à l'environnement qu'elles causent.

Cette année encore, les super yachts sont épiglés par les militants de Yacht Co2 tracker, qui proposent un "suivi de la production de CO₂ de plusieurs yachts de luxe".

En ce début de Festival de Cannes, ses membres ont déjà identifié neuf yachts qui "à eux tous développent un peu plus de 76 000 chevaux avec leur moteurs principaux".

C'est comme si pour le temps d'un festival on avait installé une petite centrale diesel dans une Zone naturelle d'intérêt écologique floristique et faunistique

Compte X YachtCO2tracker

Selon les calculs réalisés par ces militants écologistes, "à eux tous [ces yachts] peuvent brûler 10 600 litres de diesel de l'heure, soit 26 tonnes de Co2 / heure."

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité